Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/05/2018

À PROPOS DE LA MORT DE LA PETITE MAWDA

À PROPOS DE LA MORT DE LA PETITE MAWDA

 

Sachant que nous avons un studio à La Panne, nous avons une voisine et amie qui à notre retour nous demande parfois si nous n’avons pas vu trop de migrants. La Panne est proche de la frontière française et non loin de Dunkerque. Beaucoup de gens, influencés par ces émissions et items tapageurs à la télévision, par ce qu’en disent des ministres et des secrétaires d’état de signature N-VA, pensent en effet que notre pays croule sous les migrants, les illégaux et, partant, qu’il est tout à fait justifié qu’on les traque sans merci.

 

Je regrette, mais l’utilisation exclusive et abusive du terme "illégal" me fait penser à ce terme d’Untermenschen qu’utilisait Hitler à tout propos. Qu’est-ce qu’un illégal? Quelqu’un qui enfreint une loi. Un médecin, un avocat, un commerçant, qui ne déclare pas tous ses revenus au Fisc est donc un illégal Tout comme le conducteur bourré qui renverse et tue en voiture deux personnes traversant dans un passage pour piétons. Tout comme un politicien qui s’est enrichi avec des deniers publics.

 

Ces gens, ces faiseurs d’opinion, issus de la mouvance du Vlaamse Beweging, aux relents anciens plutôt fascistes et collaborationnistes, et qui formèrent la N-VA, qui prirent place au sein du gouvernement actuel, se disent tolérants et non-racistes. Ils ont même pris quelques bimbos d’origine musulmane {voire kurde} pour le prouver.

 

Pourtant, avec comme figure de proue Theo Francken, qui a déclaré la chasse ouverte aux illégaux {pas les avocats, notaires, médecins, commerçants, fraudant le Fisc, pas les politiciens véreux, pas les automobilistes meurtriers, etc.}, c’est-à-dire les personnes ne disposant pas d’un titre de séjour valable pour la Belgique, toutes les polices du Royaume ont pour mission des les traquer sans merci, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. En Flandre, on a même rasé d’une manière illégale {aucune autorisation urbanistique} des arbres longeant une autoroute parce que des illégaux pouvaient s’abriter derrière ces pauvres arbres innocents. Donc, traquer des êtres démunis, des faibles, des losers, est devenu une politique nationale urgente, prioritaire.

 

Après l’épisode tragique de la mort de la petite Mawda, Bart De Wever impute une partie de la responsabilité de ce décès à ses parents. Non seulement, ce sont des illégaux, mais aussi des irresponsables. A-t-on l’idée d’ailleurs d’avoir à ses côtés une fille de 2 ans, qui n’a pas le droit d’être en Belgique car a posteriori on a constaté qu’elle était illégale, donc, sa mort n’aurait pas dû avoir lieu, ergo, ce sont là ses propres parents les fauteurs et fouteurs de trouble et pas le policier qui l’a tuée. Quand un policier décide de tirer sur une voiture ou un conducteur en fuite sur une autoroute, les voitures roulant à plus de 90 à l’heure, pour la stopper, on peut être amené à se demande ce que peut avoir comme intelligence un représentant assermenté de l’ordre public, censé protéger les citoyens et l’intégrité territoriale de notre pays contre bandits, terroristes, malfrats, etc., qui décide de tirer sur une voiture roulant à vive vitesse? A-t-il regardé trop de poursuites de voitures holywoodiennes, est-il accro aux jeux vidéos de poursuites en voiture? Pensait-il que tirer sur une voiture dont le conducteur roulait à grande vitesse allait être sans conséquences, même dût-il être le meilleur tireur en Belgique ?

 

Ce qu’on oublie dans cette histoire, c’est qu’outre la responsabilité directe de ce policier écervelé, d’autres personnes portent une très lourde responsabilité dans ce drame: cette mouvance néofasciste {fasciste = partisan d’une idéologie conservatrice, nationaliste et autoritaire, Petit Robert} au sein de la N-VA qui met les projecteurs de l’actualité sur les illégaux, occultant par la même occasion les problèmes majeurs d’un gouvernement qui n’a pas réalisé grand-chose pour l’ensemble de la population depuis 2014 sauf pour les entreprises et les nantis, qui est en perte de vitesse. En désignant nommément une proie facile – les migrants, les illégaux – et en focalisant l’attention du public mais aussi en mobilisant trop de ressources de police sur un problème mineur {le nombre de migrants dans notre pays est fort bas comparé à ceux en Allemagne; d’ailleurs la plupart d’entre eux sont en transit, souhaitant rejoindre le Royaume-Uni} au détriment d’autres problèmes majeurs auxquels notre gouvernement ne s’attaque pas {réchauffement climatique, obsolescence des centrales nucléaires et aucun plan de remplacement énergétique en vue, baisse du pouvoir d’achat de la population, essoufflement de l’économie belge, etc.}, les instances N-VA espèrent engranger un très beau score lors des prochaines élections communales puis lors des législatives en 2019, en tablant sur le racisme larvé d’une partie de la population flamande, sur son sens de l’ordre et de la discipline {ORDNUNG MUSS SEIN!}, sur ce besoin inné d’une partie de la population flamande de vouloir que les autres respectent parfaitement lois et règlements que, souvent, elle ne respecte pas elle-même.

 

Et ce qu’oublient ces gens de la N-VA qui traient les illégaux comme jadis avant 1940 on considérait les Untermenschen en Allemagne, c’est que ces illégaux ne sont coupables d’aucun crime. Ce ne sont pas des criminels. Leur seul tort, c’est qu’ils sont coupables d’un délit: ils n’ont pas le droit de se trouver sur notre territoire. CRIME POUR LA N-VA! Mais le génie machiavélique et électoraliste des Francken, De Wever, Jambon, Demir, c’est donc de criminaliser des gens qui ne sont pas des criminels et, ainsi, de créer un climat d’insécurité au sein de la population et, partant, de forcer la main au sein des forces de police, de telle manière que certains policiers aux âmes de cow-boys {on l’a déjà vu à Anvers où les bottinekes ont tabassé à mort un patient psychiatrique} se croient au Texas du temps de la Conquête de l’Ouest, dégainent et tirent; ils savent qu’ils seront félicités par leurs ministres de tutelle.

 

Oui, les policiers avaient le droit - de légitime défense - de tirer sur un véhicule ou un conducteur de véhicule les menaçant directement et mettant leur vie ou celle de collègues ou de personnes sous leur protection en danger. Tirer d’une voiture sur une autoroute en direction d’une autre voiture, c’est de la série américaine, ce n’est pas là un comportement policier responsable et conforme à la loi.

 

Dans cette récupération odieuse que font certaines têtes pensantes de la N-VA d’un tel drame, on sent toute la goujaterie, toute la bassesse, toute la grossièreté, toute l’indignité, la crapulerie, la vilénie, de petits esprits sans élévation d’âme, sans une graine d’humanisme en eux. On sent là des gens qui cherchent à glaner des voix électorales parmi les couches les plus basses et les moins démocratiques d’une population conditionnée et tétanisée par l’image fausse qu’on donne d’un faux problème {nous sommes envahis par les migrants…}. On retrouve dans cette malignité perverse toute la bassesse d’un Trump actuel, toute la vulgarité qu’affichaient Hitler, Goebbels.

 

Je regrette, avoir dans sa généalogie des gens qui ont collaboré avec les Allemands et ainsi participé indirectement à la Shoa et à l’extermination de millions de Juifs et de non-juifs me paraît de loin plus répréhensible – sur le plan moral – que d’être un être humain dépourvu d’autorisation de séjour en Belgique. Et qu’on traque des êtres faibles plutôt que de chasser du pouvoir des êtres à la moralité digne de fachos, me donne une image très claire de l’abysse dans lequel –est tombé notre pays.

17:00 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

21/05/2018

LA SOURIS QUI ACCOUCHA D'UN ÉLÉPHANT

LA SOURIS QUI ACCOUCHA D’UN ÉLÉPHANT

 

Notre Premier Ministre Charles Michel {non, le 1er Ministre en Belgique n’est pas Bart De Wever!) a donné une interview à De Standaard de ce weekend. 6 photos de lui peu flatteuses comme habituellement et pas à cause de sa tête, plutôt à cause des vêtements qu’il porte et la façon dont il les porte. Deux photos le présentent les jambes largement écartées comme un vulgaire malotru qui se pavanerait dans une rame de métro ou dans un bus devant une quelconque minette qu’il souhaiterait impressionner. Qui donc le 1er Ministre belge compte-t-il impressionner en nous offrant au regard son entrejambe guère agréable? Outre les manches de son veston bleu habituellement fripées, on remarque qu’il ne porte pas de boutons de manchette et, au niveau du bas-ventre, sa chemise fait de tels plis qu’on se demande s’il s’agit là d’anses d’amour ou que sa chemise est – finalement – mal mise dans son pantalon. Sur une des photos, sa cravate est tout de traviole, du genre serpentin. L’ÉLÉGANCE MÊME NOTRE MICHEL NATIONAL! {comparez à Obama, Harry, William, Clooney, etc.}.

 

Ce qui frappe en premier lieu dans cette interview, c’est l’hyperbole {figure de style qui consiste à exagérer l’expression pour mettre en relief une idée – le Petit Robert}. L’hyperbole chez Charles Michel relève du pathologique car cet ancien bourgmestre d’une bourgade bourgeoise et provinciale s’est mis dans l’idée qu’il est le sauveur de la Belgique et qu’aucun autre Premier Ministre en exercice précédemment n’a accompli autant. Il le dit sans aucune outrecuidance, tout modeste qu’il est, et voyons ses propres mots: «Jamais on n’a réalisé autant en si peu de temps»}.

 

Charles Michel sait-il lire au fond? Des rapports officiels en provenance d’instances européennes? On peut en douter. Dans le supplément du même De Standaard {DS Weekblad}, Marc Reynebeau {pages 8 et 9} indique que selon un rapport d’Eurostat du 15/5, la croissance économique actuelle en Belgique se situe en queue du peloton des pays européens {donc parmi les derniers d’un groupe de 28 pays dont la Roumanie, la Bulgarie, la Grèce, l’Italie…L’inflation par contre dans notre pays est le double de celle des pays européens {Eurostat 16/5}. Quant à l’indice de pauvreté} dans notre pays, il a augmenté d’un point complet, se situant à actuellement à 15,9 %, touchant surtout les jeunes et les personnes à basse scolarité, toujours selon un rapport européen..

 

Vous connaissez le remède miracle: jobs, jobs, jobs? Charles Michel indique à ce propos et c’est renversant de logique trumpienne «Notre politique induit tellement de résultats que nous sommes confrontés à un nouveau défi, en substance, tous ces emplois vacants. Dans chaque entreprise que je visite, elles peuvent engager immédiatement dix, cinquante ou cent personnes. Mais, elles ne les trouvent pas

 

Donc, si je comprends bien, ces JOBS, JOBS, JOBS michelins au fond SONT VIRTUELS, des JOBS FANTÔMES, des emplois créés mais non attribués faute de candidats.

 

Un des autres résultats marquants de l’équipe Michel c’est que dès l’entame, ce gouvernement avait indiqué d’une manière très nette qu’il comptait mettre le budget national en équilibre, au-dessus du 3 % de déficit instauré par l’UE dans le cadre du mécanisme de convergence lié à l’instauration de l’euro. Et, il comptait le faire le plus rapidement possible et de toute manière avant les élections législatives de 2019. Que dit Michel maintenant: «Nous avons fait le choix d’aller vers un équilibre en 2020…» Marc Reynebeau précise comment cela devrait se faire: «alors le Ministre des Finances Johan Van Orteveldt indique que l’équilibre {budgétaire} en 2019 peut encore être réalisé: avec des économies de 3 milliards d’euro, de préférence dans la sécurité sociale (…) Kris Peeters en arriva à un bon 5 milliards (…) Une collègue maître en calcul calcula que pour un équilibre, il faudrait un effort spécial de 6 à 7,5 milliards d’euros.» Remarquez la duplicité habituelle du représentant de la N-VA en tant que Ministre des Finances, les économies selon lui seraient à réaliser uniquement via le budget de la sécurité sociale. Car pour la N-VA et pour leur suppôt Charles Michel, une saine politique pour sauver le pays du désastre, c’est d’exonérer les entreprises et les nantis de tout effort budgétaire mais s’efforcer le plus possible de taxer ceux qui ont le moins de revenus via une augmentation des charges pour les produits pharmaceutiques par exemple, via une inflation le double de la moyenne européenne, et via la création de jobs fantômes…

 

On se moque beaucoup de Trump et à juste titre. Charles Michel est du même acabit. N’a-t-il pas dit il y a un an que jamais un 1er Ministre belge n’avait eu à faire face à une telle situation, se référant à la menace terroriste de novembre 2015 et aux attentats en Belgique. Avait-il oublié que d’autres 1er Ministres – et bien plus modestes – avaient dû faire face à l’invasion de leur pays par les Allemands, par deux fois, à la catastrophe du Bois-du-Cazier, celle de l’Innovation, aux émeutes au Congo avant l’indépendance et aux émeutes au Congo après l’indépendance, au massacre de 10 paras eu Rwanda en 1994, etc.

 

UN PEU DE MODESTIE CHARLES MICHEL NE VOUS IRAIT PAS TROP MAL!

16:57 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

16/09/2016

LA N-VA ET LE CONDITIONNEMENT PSYCHOLOGIQUE

N-VA ET LE CONDITIONNEMENT PSYCHOLOGIQUE

 

Comme les anges à l’œil fauve,

Je reviendrai dans ton alcôve

Et vers toi glisserai sans bruit

Avec les ombres de la nuit ;

{Baudelaire – Le Revenant, poème LXVI – Les Fleurs du Mal}

 

La mort récente d’une des grandes voix de la BRT/VRT, Jef Lambrecht de RADIO 1, que j’ai connu personnellement et avec qui j’étais épisodiquement resté en contact après notre voyage commun au Vietnam en 1993 -, m’a remis en mémoire qu’il a été l’un des tout premiers à affirmer haut et fort que « la VRT avait donné la stature de grands à des gens comme Bart De Wever de la N-VA et Jean-Marie Dedecker du LDD en les invitant sur ses plateaux ou à des émissions comme "De Slimste Mens Ter Wereld".

 

J’ai une assez bonne connaissance de ce qui se dit et se montre en Flandre puisque je suis parfait multilingues (dont le néerlandais). Il y a quelques mois, je lisais ainsi une interview de Geert Hoste, stand-up comedian surtout connu par son show satirique de fin d’année que la VRT retransmettait chaque fois un des tout premiers jours de l’année suivante. J’ai vu plusieurs fois ses shows avec dans le public des Bekende Vlamingen {caméra sur le visage quand le comique se permettait un mot d’humour pas trop méchant à leur égard}. C’étaient surtout la famille royale, Di Rupo et les Wallons qui subissaient ses traits d’humour et cela marchait très bien. Car, pour les Flamands se rendant à de tels spectacles, le Walloon-bashing, cela fait rire à tous les coups, Tout comme les inévitables blagues sur les rois Albert II et/ou Philippe et leur utilisation un rien guindée et vieux jeu du néerlandais. Eh bien, Hoste a déclaré lors de son interview récente que quand il avait essayé de faire des blagues avec des personnalités de la N-VA, un grand froid se répandait dans la salle. Je m’étais déjà fait la réflexion que Hoste devait être raciste {à l’encontre des Wallons} ou peu courageux, car je n’avais jamais entendu la moindre critique ou blague contre des gens de la N-VA, sauf peut-être quelques traits pas trop méchants contre le guindé Bourgeois, de gentilles moqueries tout le contraire de celles plus virulentes contre Wallons et membres de la famille royale.

 

Ce que je trouve également aberrant c’est que récemment, on a dit que près de 20 % de la population wallonne avait de la sympathie pour la N-VA !?

 

Parlons de conditionnement maintenant. Le conditionnement - et le pionnier soviétique Pavlov ne me démentira pas à ce propos -, consiste à provoquer des réflexes conditionnés chez des animaux ou des personnes, et, comme l’indique le Petit Robert, il consiste également à « provoquer des habitudes de pensée, de comportement, dans un ensemble social ».

 

Jef Lambrecht a affirmé lors de son départ à la pension en 2009 que la VRT avait donné une stature de grand notamment à Bart De Wever. Et c’est incontestable. Avant la prise de pouvoir par la N-VA du bastion socialiste d’Anvers aux élections communales ensuite de la Belgique fédérale à celles de 2014, De Wever était – et reste actuellement - omniprésent sur les ondes de la VRT, une véritable figure de proue. Invité à des talk-shows aux meilleures heures (dimanche midi), invité à De Slimste Mens Ter Wereld jadis où il se montra brillant candidat, invité lors d’interviews, extraits de discours ou de happenings {le dernier en date à Plopsaland, le weekend dernier}, chantant des chants flamingants lors de la grande fête du chant. Partout, tout le temps on le voit, vitupérant, râlant, critiquant, tel un Moïse dont il serait le Dieu, un démiurge de la politique flamande, ergo belge.

 

Hitler avait – bien avant qu’on ne connût les travaux de Pavlov – compris, de manière presque intuitive, ce que le conditionnement pouvait provoquer en termes d’adhésion à un programme, à un leader. N’était-ce pas lui qui avait soutenu dans Mein Kampf qu’il fallait parler en slogans simples et les répéter tant et plus. Cela lui réussit car quand on lit des analyses approfondies au sujet des généraux et simples soldats de la Wehrmacht {ceux qui avec la SS commirent les plus grands crimes de guerre}, on constate que cet endoctrinement, ce conditionnement psychologique, avaient porté leurs fruits : les généraux et les soldats, presque sans exception, considéraient les Juifs comme des parasites et les communistes et Slaves comme des Untermenschen. Il y a suffisamment d’études historiques qui ont démontré qu’il n’y eut pas que les SS qui furent de rabiques et fanatiques propagateurs – et criminels – de l’idéologie nazie.

 

Sans que De Wever fût nazi ou fasciste, il est à tout le moins étonnant de l’entendre vitupérer depuis bientôt une décennie contre les Wallons qui vivent aux dépens de la Flandre {souvenez-vous de l’action ludique des camions bourrés de fric allant en Wallonie, ou de Bartje déguisé en panda, importés en Wallonie avec l’argent de la Belgique donc des Flamands travailleurs}, des Wallons les champions en nombre de chômeurs et d’invalides de mutualité, des Wallons à la traîne de la Flandre. C’est lui qui déjà il y a plus de dix ans avait repris à son compte cette théorie juteuse sur le plan électoral d’une Belgique à deux vitesses {et à l’époque les analogies avec la défunte Tchécoslovaquie avaient fusé}. Théorie qu’il n’a jamais abandonnée et qui reste le socle sur lequel s’appuie toute son idéologie perverse. Théorie qu’il n’a jamais abandonnée et qui reste le socle sur lequel s’appuie toute l’idéologie de libération du joug financier que constitue la partie sud du pays.

 

Mais là où les journalistes de la VRT sont en faute {mais on peut englober nos médias francophones dans le même moule} c’est que quand Bart De Wever sort une énormité, comme celle sur les pandas importés en Wallonie avec l’argent fédéral, aucun journaliste n’a le courage d’apporter un élément contradictoire. Sans doute de peur qu’un jour – et il approche à grands pas – la N-VA aura fait son entrée fracassante au conseil d’administration de la VRT ou acquerra le poste de président du CA.

 

Donc, par simple conditionnement depuis bientôt une décennie, De Wever et la N-VA, à force d’asséner sans cesse des mensonges, des contre-vérités, des approximations simplistes surtout contre les Wallons mais maintenant contre les étrangers de culture musulmane, gagne la guerre de la conquête des esprits. Les gens en Flandre commencent à croire dur comme fer que les Wallons sont des fainéants, des assistés, des parasites sociaux.

 

Et, si on examine les derniers sondages, on voit que la N-VA baisse dans les intentions de vote. OUI ! 25 % N-VA + 15 % Vlaams Belang, cela fait 40 % des Flamands qui voteraient pour des partis aux idées simplistes, populistes vaguement ou franchement xénophobes, anti-wallonnes à outrance, des partis peu différents de l’indigence intellectuelle que nous sert Trump aux States. Deux partis qui veulent la destruction de la Belgique unitaire pour mettre en place une Flandre nationaliste, autocrate, autoritaire, réactionnaire et conservatrice {on n’a jamais vu De Wever à des spectacles de théâtre ou d’opéra d’avant-garde, ou louer des auteurs tels Lanoye ou Verhulst ou assister à des concerts de musique contemporaine ou de free jazz}, bref une Flandre dont les penseurs actuels ont toutes les caractéristiques de ce que constitue la définition du fascisme, et on peut y ajouter le flirt avec les gros industriels et la haute finance.

 

Mais, l’influence insidieuse et perverse de cette idéologie du rejet des parasites et assistés wallons a gagné d’autres partis puisque, par exemple, en assurance-maladie-invalidité, on va revoir les processus d’octroi des allocations de maladie {cf. De Block}. Ce qui est amusant, sachant que pour des raisons historiques ou peut-être de complaisance, une grosse majorité des invalides se situe en Wallonie {Dutroux était reconnu invalide !}. J’ai entendu hier dans l’affaire de l’insulte raciste proférée par le député VLD Luk Van Biesen à l’égard de la députée allochtone Meryame Kitir, qu’il n’aurait pas dit qu’elle devait retourner au Maroc, mais qu’il aurait dit en substance « si ces ouvriers de Caterpillar sont si bons, ils retrouveront un emploi ici, en Turquie ou au Maroc ». Ce qui est tout aussi raciste à l’égard des Wallons et qui montre aisément que cette idéologie de la N-VA raciste, perverse et dénigrante à l’égard des Wallons, gagne du terrain et pollue les esprits de gens d’autres partis.

 

D’une certaine manière, les Wallons et francophones sont pour De Wever et les têtes pensantes de la N-VA des parasites, des Untermenschen (sous-hommes). On ne veut pas dans ce parti les tuer, non. On veut couper le cordon ombilical qui relie la Flandre riche, égoïste et donatrice de montants illimités à fonds perdus, à cette Wallonie fainéante, parasitaire, qui ne mérite que d’être laissée à son propre et triste sort. Comme les migrants. Comme les Musulmans.

 

Baudelaire avait raison. Il se glisse dans nos alcôves aves le ombres de la nuit, pollue et pervertit les esprits. Avec l’aide bienveillante de journalistes de la presse télévisée aussi bien qu’écrite, avec bientôt l’aide d’une partie des Wallons…

 

Pauvre Belgique comme aurait di Baudelaire jadis.

12:06 Publié dans Belgique, Perso | Lien permanent | Commentaires (0)