Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/08/2016

La trumpification par la N-VA de la politique belge

LA TRUMPIFICATION PAR LA N-VA DE LA POLITIQUE BELGE

 

De plus en plus souvent la N-VA pratique une politique évident»e de trumpification de la politique belge.

 

Qualifions et définissons ce néologisme :

Trumpification : déclaration ou intention politique courte et souvent sans fondement dialectique ou logique sérieux, à la Trump, visant à définir un problème ou proposer une solution à un problème d’une manière frappante et populiste, parfois odieuse, afin de rallier de futurs suffrages ou un soutien populaire.

 

On a vu la N-VA qui, en fin de semaine dernière, s’était encore distinguée sur ce plan, tombant ces derniers temps et de plus en plus fréquemment, à un niveau de bassesse qui, d’un point de vue de logique et de dialectique pures, rapproche ce parti de déclarations populistes de chefs de parti ou d’état telles que nous les connaissons déjà chez Le Pen, Wilders, Orban (Hongrie), Petry (Alternative für Deutschland), etc.

 

Déjà après les quatre attentats en une semaine en Allemagne, De Wever s’était ouvertement gaussé du "Wir schaffen das !" {nous le réaliserons !} de la chancelière Merkel, sa célèbre phrase de l’an passé pour dire que l’Allemagne était capable d’accueillir et de traiter avec décence et humanité 1 million de migrants. De Wever donc, le petit bourgmestre d’Anvers, gonflé de son énorme importance, eut le culot de dire publiquement à la chancelière allemande qu’elle faisait fausse route et qu’il fallait fermer les frontières aux migrants et faire patrouiller des soldats dans les rues des cités allemandes. Mais, il y eut pis. Louis Ide, le secrétaire général de la N-VA, posta en fin de semaine dernière un tweet avec une photo du père Jacques Hamel et la mention "Martyre de France" et pour destinataire ou référence wbeke {Wouter Beke, président du CD&V) et le texte "Wir schaffen das ! #merkel". Histoire de bien faire comprendre aux masses populaires illettrées et ignares que le meurtre du prêtre français découlait de la politique de tolérance et d’approche humaniste de la chancelière allemande. Et, pour mieux comprendre encore, il faut savoir qu’après la première attaque contre Merkel par BDW, Wouter Beke avait défendu la chancelière et sa politique humaniste.

 

Tous les racistes flamands auront jubilé et ne se seront posé aucune question quant au fondement dialectique de ce tweet ou des déclarations préalables de De Wever à propos d’effroyables attentats qui non seulement effraient la population belge mais la rendent paranoïaque.

 

Décortiquons, d’un point de vue dialectique, ce qu’il en est.

 

(Un) De Wever a conseillé à Merkel de fermer les frontières et de faire patrouiller des militaires dans les rues des villes allemandes. Le 22 mars 2016, dans plusieurs villes du pays et à Zaventem, il y avait des militaires et des policiers sur les dents en Belgique depuis novembre 2015 et le niveau 4 à l’époque. Ont-ils pu empêcher les attentats à Zaventem et au métro de Maelbeek ? Les militaires et policiers français ont-ils pu empêcher l’attentat à Nice le 14 juillet ? Je ne dis pas que la présence de militaire dans les rues du pays est inutile; elle a surtout un effet de publicité et de trumpification auto-satisfaisants pour les responsables politiques et un effet placebo pour une opinion publique paniquée et parano depuis cette vague d’attaques indiscriminées contre des cibles civiles.

(Deux) Sur quatre attaques en une semaine en Allemagne, deux avaient un caractère de désordre psychique privé {l’homme qui a tué 9 personnes devant un fastfood, et celui qui a tué une collègue ; tous deux souffraient de problèmes psychiques}. Quant à celui du train pratiquant une attaque au couteau et à la hache et de l’homme qui s’est fait exploser en rue, des militaires ou des policiers n’auraient pu les empêcher de tuer.

 

(Trois) Le prêtre Hamel a été tué par deux jeunes de France radicalisés et ayant prêté allégeance à Daech. Aucun des deux n’était migrant au sens premier du terme; tous deux avaient été élevés dans des familles normales ne pratiquant pas l’Islam radical. Tant pour les attentats de masse en France que ceux commis en Belgique, il s’agissait non pas de migrants qui les commirent, mais de Musulmans radicalisés qui ont grandi dans nos cités françaises ou belges.

 

Lier ainsi le meurtre odieux de ce prêtre, par des jeunes qui se sont auto-conditionnés à la guerre sainte, à la politique ouverte, accueillante, emphatique et humaniste de la chancelière allemande à l’égard des migrants, procède des méthodes de Trump: la réduction d’un problème ou d’une solution à un problème au plus bas et vulgaire dénominateur commun.

 - - - - - - - - -

 Avant cela, on avait entendu le génial débatteur flamand Geert Bourgeois dire la veille du 11 juillet que le peuple flamand crachait sur la frontière linguistique. 6 Millions et demi de crachats sur la frontière séparant la Flandre travailleuse de la Wallonie gréviste, si ce n’est nullement comparable au mur contre l’immigration mexicaine que veut faire construire Trump, cela frappe. Par ses incommensurables bêtise et imbécillité. Le mur de pierres c’est autour de Trump qu’il faudrait le bâtir, et le mur de crachats c’est autour de ce clown de Bourgeois qu’il faudrait le projeter.

 

Le problème, c’est que ce sont là le genre de phrases réductrices d’esprits médiocres et guère évolués sur le plan du développement psychologique, d’une logique douteuse, qui frappent les esprits des gens qui n’ont plus les capacités neuronales suffisantes pour distinguer ce qui est vrai de ce qui est trumpiste, qui n’ont plus les capacités mentales pour lire des articles de fond autrement qu’en vitesse sur Google, qui n’ont plus l’envie de réfléchir par eux-mêmes sur des problèmes et, partant, d’arriver à des solutions personnelles.

 

Prenons un autre cas en Flandre et toujours de la N-VA. Le ministre flamand du bien être animal Weyts veut faire interdire l’abattage d’animaux sans étourdissement. Initiative louable. Sauf qu’elle vise principalement les Musulmans (et les bouchers juifs par le biais, qui procèdent aussi à l’égorgement rituel) et que si ce Weyts avait vraiment à cœur le bien-être animal plutôt que d’en mettre une dans le baba des Musulmans, il lui faudrait interdire la production, vente et consommation de homards et de moules (jetés vivant dans de l’eau bouillante), de foie gras (gavage d’oies ou de canards), et il devrait s’évertuer aussi à conseiller à ses concitoyens flamands de réduire leur consommation de viandes rouges ou maigres.

 - - - - - - - -

 J’avais été choqué lors de la formation du gouvernement en octobre 2014, qu’un parti francophone démocrate s’allie avec un parti nationaliste, séparatiste et aux tendances populistes comme l’est la N-VA.

 

Ce qui est le plus choquant maintenant, ce n’est plus la formation de ce gouvernement au pedigree politique plus que douteux, ce qui choque maintenant, c’est que la N-VA se rend coupable de plus en plus fréquemment de déclarations simplistes mais marquantes, populistes mais payantes, le plus souvent sans sérieux fondement dialectique ou logique, à des fins d’appât électoral et qu’il n’y ait pas une seule personne décente au sein du MR qui ose ouvrir la bouche et contredire le seigneur d’Anvers ou l’une quelconque de ses machines humaines à décerveler {Petit Robert : décerveler = rendre stupide}. Ce que font couramment des gens du CD&V ou Open VLD, pourtant partenaires dans la coalition flamande, en contredisant point par point le Seigneur d’Anvers.

 

Comme quoi, on pourra dire plus tard, que ce ne sera pas la seule N-VA qui aura réussi à enterrer la Belgique, le MR y aura également apporté sa contribution majeure en tolérant l’intolérable, en acceptant l’indécence politique, en flirtant avec un parti aux vertus et idées méphitiques.

20:10 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : n-va

28/03/2016

LA HONTE

LA HONTE

 

Ces images d’hier de ces hooligans flamingants déferlant sur Bruxelles ne font pas mal au cœur, elles ne suscitent pas la colère. Un seul mot : dégoût. Dégoût de voir tous les hommages de citoyens nimbés de tristesse devant et aux alentours de la Bourse ternis par cette irruption d’extrême droite et de brutalité fasciste dans ce qui était devenu non simplement un lieu de pèlerinage mais le symbole d’un peuple où Belges et étrangers vivant dans notre pays se réunissaient pour dire qu’ils n’acceptaient pas le terrorisme et que face au terrorisme une seule solution était envisageable, celle d’une union sacrée en mémoire aux victimes et d’un sentiment de répulsion à l’égard de ceux qui basculent dans l’horreur et qui se font justiciers et tueurs en série, de faux démiurges et prophètes qui se camouflent derrière une interprétation simpliste et erronée d’une religion qu’ils disent défendre à l’égard des infidèles.

 

Ces hooligans d’hier à Bruxelles, était-ce là le fruit d’une manifestation spontanée ? Il faut savoir que dès mardi passé, aux abords de la station de métro de Maelbeek, des représentants du Vlaams Belang péroraient devant des micros de chaînes étrangères – dont CNN – pour dire que la Belgique ne fonctionnait pas et que cela {c’est-à-dire les attentats} en était la preuve.

 

Ces véritables manifestations spontanées depuis mardi devant la Bourse, ces flots d’émotion réelle, ces déclarations sincères de citoyens éplorés, dégoûtés par cette violence aveugle, tout cela devait faire mal aux membres et sympathisants du Vlaams Belang et de l’aile nationaliste la plus extrême de la N-VA. Voilà que soudain, on voit une union sacrée entre francophones, Wallons, Flamands et Maghrébins. Une union sacrée que soulignent et relaient toutes les chaînes de télévision et reporters de journaux les plus importants du monde entier. Hala Gorani {CNN} a campé en permanence de mardi soir à jeudi soir devant la Bourse. Elle a relayé tous les soirs ces images réconfortantes d’un pays que tout devrait désunir et qui en ces moments dramatiques réagit par une plus grande et plus profonde union.

 

Ne nous leurrons pas, ces soi-disant hooligans vêtus de noir et ayant tendu le bras droit pour montrer de quelle réelle mouvance ils sont issus, s’il y avait quelque chose de spontané dans leur brutale irruption à Bruxelles, cela devait être que cela s’était tramé dans les cerveaux de ces séparatistes du Vlaams Belang, du TAK et de toute cette mouvance soi-disant nationaliste mais fasciste en réalité, à laquelle on sait que continue d’appartenir la N-VA. Que De Wever ait refusé de s’associer à la déclaration commune des partis flamands critiquant cette monstruosité d’hier à Bruxelles, montre à suffisance que ce qui le guide avant tout c’est la hantise de perdre des centaines de milliers de votes s’il devait jamais signer une telle déclaration.

 

Je ne pensais pas devoir un jour voir à l’écran dans mon propre pays de telles horreurs qui rappellent malheureusement ce qui se passe dans d’autres pays à poussées fascistes : marches de SS ou de collaborateurs des nazis à Riga (Lettonie), Kaunas et Vilnius (Lituanie) en février et mars dernier, manifestations régulières de PEGIDA à Dresden en Allemagne, la victoire de « Alternative für Deutschland » dans des Länder allemands il y a quinze jours, ce dernier parti dont la présidente avait dit publiquement qu’elle envisageait qu’il faille tirer sur des migrants qui tenteraient de franchir « illégalement » la frontière allemande.

 

Il ne faut pas se leurrer, il y a une frange en Flandre qui n’est pas uniquement nationaliste mais qui se ceint des caractéristiques les plus évidentes du fascisme {haine des étrangers surtout de couleur, volonté d’avoir une Nation homogène et politiquement indépendante, refus net du multiculturalisme, solutions et slogans simplistes, etc.}. De Wever est historien. Il sait tout cela. Et, quand il doit choisir entre la décence, la dignité, les valeurs humanistiques – comme hier, s’il l’avait fait en acceptant de s’associer au communiqué commun des partis flamands -, il opte pour la fuite en arrière. Celle qui le ramène à la Bataille des Éperons d’Or…

 

Quelle fierté de voir tous ces anonymes à la Bourse, jeunes, adultes, vieux, moins jeunes, blancs, noirs, bruns, métissés, filles et garçons, tous unis contre la violence et pour un monde meilleur.

 

S’il me reste un petit espoir pour l’avenir de mon pays, ce sont ces anonymes qui, par milliers, me le donnent…

18:27 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

07/02/2016

LA JUSTICE BELGE - ROYAUME D'AVEUGLES

JUSTICE BELGE – LE ROYAUME DES AVEUGLES ?

 

Une magistrate du parquet de Bruxelles soupçonnée de fausse déclaration d’agression et de vol.

 

Un juge d’instruction du parquet de Bruxelles qui décerne un mandat d’arrestation pour la prévention d’assassinat à l’encontre d’un représentant francophone du Parlement flamand et qui omet de la signer. Vice de forme : libération immédiate du prévenu.

 

Un juge de Gand, appelé à juger une affaire de viol, motive son jugement – exonérant le prévenu de toute peine ou même de toute inscription au casier judiciaire par le biais de la suspension du prononcé du jugement– par les motifs suivants ‘il ne s’est pas agi d’un viol brutal et que l’homme {le prévenu, un disque-jockey, l’affaire s’étant passée à Gand} a erronément interprété les signaux de la partie civile’. Le juge reconnaît qu’il y eut bien pénétration de la victime, mais il fait remarquer que, préalablement à cet acte, il y eut des conversations à connotation sexuelle qui excitèrent les sens de l’accusé et qui créèrent l’attente que la victime consentait à avoir des rapports sexuels avec lui. {De Standaard du vendredi 5 février}.

 

Pour ce dernier cas, on ici affaire à une lecture de la loi tout à fait à côté de la plaque, puisqu’il y eut bien pénétration de la victime, reconnaissance de ce fait par l’accusé et regrets postérieurs. Mais, il y a pis. C’est là une lecture mâle, partisane, qui semble établir comme principe de loi que quand une femme consent à un flirt, elle n’a plus à se plaindre a posteriori si elle se fait agresser sexuellement ou violer. Cela c’est un juge belge qui vient de le faire sous-entendre par les motivations de ce jugement qui fera date dans l’histoire des absurdités judiciaires.

 

Dans le Spiegel no. 4 du 23 janvier 2016, un article sur les événements, voies de faits, vols et viols de la nuit de la Saint-Sylvestre à Cologne, rapporte que quelques jours après les faits, une prof dans une école professionnelle, avec les deux tiers d’élèves au background d’immigré, questionna une de ses classes – de bac pour l’obtention d’un diplôme de haute école commerciale - sur ce qui s’était passé le 31 décembre. Un des élèves s’écrie ‘Que voulez-vous en fait ? Les femmes doivent s’y attendre lorsqu’elles sortent tard la nuit.’ Aucun élève n’éleva la voix pour exprimer une opinion contraire. Les filles se turent.

 

Bon, sans racisme, on peut constater que dans la culture musulmane, certains égarés considèrent encore qu’une femme qui s’habille court, met des décolletés avantageux, se maquille, sort en boîte le soir ou la nuit, est une… Le documentaire de fin d’études qu’avait réalisé une jeune Flamande habitant à Bruxelles, montrant les réactions d’hommes au background d’immigré alors qu’elle se promenait en minijupe, était éloquent à cet égard.

 

Bon, là, on avait ou on a affaire à des mâles qui ne sont pas évolués, qui considèrent peut-être que la femme est soit une putain soit une sainte. On peut dire que c’est là une question de conditionnement.

 

Mais ce juge gantois s’appelle Hans de Waele, il ne porte pas la barbe des intégristes, sa peau est claire et il a une tête tout à fait normale {cf. la photo dans De Standaard du 5/2}.

 

Allez mec ! Une pénétration qui ne fut pas un viol violent ? L’équivalent judiciaire de la pédale douce, de la petite tape amicale sur l’épaule. Un compliment à une bonne femme qui, au fond, l’a cherché, non ? Elles sont toutes pareilles ! Elle vous excite puis quand vient le moment où la bouilloire est sur le point de faire sauter le couvercle, elles se rétractent, elles ont des scrupules, ou, pis, après une pénétration sans violence, elles déposent plainte. Quel culot !

 

Au fond, cet accusé devrait à son tour déposer plainte, en se fondant sur le jugement, pour diffamation. Il était convenable lui, il n’a pas semé de faux signaux à connotation sexuels. IL EST UNE VICTIME !

 

Quant au mandat d’arrêt sans signature pour lequel le procureur général qui a en charge le parquet de Bruxelles refuse enquête et sanction disciplinaire, bon, le juge ne l’a pas signé. Soit, mais, les gars de la police judiciaire qui ont reçu le document, NE SAVENT-ILS PAS LIRE {LIRE ET ÉCRIRE et plein d’autres ONG dispensent des cours du soir pour analphabètes} ? Ont-ils des œillères ? Personne parmi ces abrutis n’a constaté que le document n’était pas signé ?

 

Beaucoup de gens sont fiers de la Belgique, à juste titre. Peut-on être fier d’un pays où un juge est à ce point misogyne, manquant à ce point du respect normal pour les femmes, même celles qui « flirtent » mais qui ne couchent pas nécessairement. D’un pays où un gouverneur de province dit qu’on ne doit pas nourrir de migrants. D’un pays où un bourgmestre veut interdire les piscines aux migrants ? Pour ce dernier cas de figure, je comprends la motivation, voir des filles ou femmes en maillots pourrait pousser certains à pénétrer et violer sans violence. Mais gageons que si le même juge gantois devait juger des faits semblables et que l’accusé s’appelait Mohamed, Aziz, etc., que le jugement serait peut-être différent…

 

Dans quel monde judiciaire et administratif de décérébrés vivons-nous…

20:19 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)