Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/03/2016

LA HONTE

LA HONTE

 

Ces images d’hier de ces hooligans flamingants déferlant sur Bruxelles ne font pas mal au cœur, elles ne suscitent pas la colère. Un seul mot : dégoût. Dégoût de voir tous les hommages de citoyens nimbés de tristesse devant et aux alentours de la Bourse ternis par cette irruption d’extrême droite et de brutalité fasciste dans ce qui était devenu non simplement un lieu de pèlerinage mais le symbole d’un peuple où Belges et étrangers vivant dans notre pays se réunissaient pour dire qu’ils n’acceptaient pas le terrorisme et que face au terrorisme une seule solution était envisageable, celle d’une union sacrée en mémoire aux victimes et d’un sentiment de répulsion à l’égard de ceux qui basculent dans l’horreur et qui se font justiciers et tueurs en série, de faux démiurges et prophètes qui se camouflent derrière une interprétation simpliste et erronée d’une religion qu’ils disent défendre à l’égard des infidèles.

 

Ces hooligans d’hier à Bruxelles, était-ce là le fruit d’une manifestation spontanée ? Il faut savoir que dès mardi passé, aux abords de la station de métro de Maelbeek, des représentants du Vlaams Belang péroraient devant des micros de chaînes étrangères – dont CNN – pour dire que la Belgique ne fonctionnait pas et que cela {c’est-à-dire les attentats} en était la preuve.

 

Ces véritables manifestations spontanées depuis mardi devant la Bourse, ces flots d’émotion réelle, ces déclarations sincères de citoyens éplorés, dégoûtés par cette violence aveugle, tout cela devait faire mal aux membres et sympathisants du Vlaams Belang et de l’aile nationaliste la plus extrême de la N-VA. Voilà que soudain, on voit une union sacrée entre francophones, Wallons, Flamands et Maghrébins. Une union sacrée que soulignent et relaient toutes les chaînes de télévision et reporters de journaux les plus importants du monde entier. Hala Gorani {CNN} a campé en permanence de mardi soir à jeudi soir devant la Bourse. Elle a relayé tous les soirs ces images réconfortantes d’un pays que tout devrait désunir et qui en ces moments dramatiques réagit par une plus grande et plus profonde union.

 

Ne nous leurrons pas, ces soi-disant hooligans vêtus de noir et ayant tendu le bras droit pour montrer de quelle réelle mouvance ils sont issus, s’il y avait quelque chose de spontané dans leur brutale irruption à Bruxelles, cela devait être que cela s’était tramé dans les cerveaux de ces séparatistes du Vlaams Belang, du TAK et de toute cette mouvance soi-disant nationaliste mais fasciste en réalité, à laquelle on sait que continue d’appartenir la N-VA. Que De Wever ait refusé de s’associer à la déclaration commune des partis flamands critiquant cette monstruosité d’hier à Bruxelles, montre à suffisance que ce qui le guide avant tout c’est la hantise de perdre des centaines de milliers de votes s’il devait jamais signer une telle déclaration.

 

Je ne pensais pas devoir un jour voir à l’écran dans mon propre pays de telles horreurs qui rappellent malheureusement ce qui se passe dans d’autres pays à poussées fascistes : marches de SS ou de collaborateurs des nazis à Riga (Lettonie), Kaunas et Vilnius (Lituanie) en février et mars dernier, manifestations régulières de PEGIDA à Dresden en Allemagne, la victoire de « Alternative für Deutschland » dans des Länder allemands il y a quinze jours, ce dernier parti dont la présidente avait dit publiquement qu’elle envisageait qu’il faille tirer sur des migrants qui tenteraient de franchir « illégalement » la frontière allemande.

 

Il ne faut pas se leurrer, il y a une frange en Flandre qui n’est pas uniquement nationaliste mais qui se ceint des caractéristiques les plus évidentes du fascisme {haine des étrangers surtout de couleur, volonté d’avoir une Nation homogène et politiquement indépendante, refus net du multiculturalisme, solutions et slogans simplistes, etc.}. De Wever est historien. Il sait tout cela. Et, quand il doit choisir entre la décence, la dignité, les valeurs humanistiques – comme hier, s’il l’avait fait en acceptant de s’associer au communiqué commun des partis flamands -, il opte pour la fuite en arrière. Celle qui le ramène à la Bataille des Éperons d’Or…

 

Quelle fierté de voir tous ces anonymes à la Bourse, jeunes, adultes, vieux, moins jeunes, blancs, noirs, bruns, métissés, filles et garçons, tous unis contre la violence et pour un monde meilleur.

 

S’il me reste un petit espoir pour l’avenir de mon pays, ce sont ces anonymes qui, par milliers, me le donnent…

18:27 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

07/02/2016

LA JUSTICE BELGE - ROYAUME D'AVEUGLES

JUSTICE BELGE – LE ROYAUME DES AVEUGLES ?

 

Une magistrate du parquet de Bruxelles soupçonnée de fausse déclaration d’agression et de vol.

 

Un juge d’instruction du parquet de Bruxelles qui décerne un mandat d’arrestation pour la prévention d’assassinat à l’encontre d’un représentant francophone du Parlement flamand et qui omet de la signer. Vice de forme : libération immédiate du prévenu.

 

Un juge de Gand, appelé à juger une affaire de viol, motive son jugement – exonérant le prévenu de toute peine ou même de toute inscription au casier judiciaire par le biais de la suspension du prononcé du jugement– par les motifs suivants ‘il ne s’est pas agi d’un viol brutal et que l’homme {le prévenu, un disque-jockey, l’affaire s’étant passée à Gand} a erronément interprété les signaux de la partie civile’. Le juge reconnaît qu’il y eut bien pénétration de la victime, mais il fait remarquer que, préalablement à cet acte, il y eut des conversations à connotation sexuelle qui excitèrent les sens de l’accusé et qui créèrent l’attente que la victime consentait à avoir des rapports sexuels avec lui. {De Standaard du vendredi 5 février}.

 

Pour ce dernier cas, on ici affaire à une lecture de la loi tout à fait à côté de la plaque, puisqu’il y eut bien pénétration de la victime, reconnaissance de ce fait par l’accusé et regrets postérieurs. Mais, il y a pis. C’est là une lecture mâle, partisane, qui semble établir comme principe de loi que quand une femme consent à un flirt, elle n’a plus à se plaindre a posteriori si elle se fait agresser sexuellement ou violer. Cela c’est un juge belge qui vient de le faire sous-entendre par les motivations de ce jugement qui fera date dans l’histoire des absurdités judiciaires.

 

Dans le Spiegel no. 4 du 23 janvier 2016, un article sur les événements, voies de faits, vols et viols de la nuit de la Saint-Sylvestre à Cologne, rapporte que quelques jours après les faits, une prof dans une école professionnelle, avec les deux tiers d’élèves au background d’immigré, questionna une de ses classes – de bac pour l’obtention d’un diplôme de haute école commerciale - sur ce qui s’était passé le 31 décembre. Un des élèves s’écrie ‘Que voulez-vous en fait ? Les femmes doivent s’y attendre lorsqu’elles sortent tard la nuit.’ Aucun élève n’éleva la voix pour exprimer une opinion contraire. Les filles se turent.

 

Bon, sans racisme, on peut constater que dans la culture musulmane, certains égarés considèrent encore qu’une femme qui s’habille court, met des décolletés avantageux, se maquille, sort en boîte le soir ou la nuit, est une… Le documentaire de fin d’études qu’avait réalisé une jeune Flamande habitant à Bruxelles, montrant les réactions d’hommes au background d’immigré alors qu’elle se promenait en minijupe, était éloquent à cet égard.

 

Bon, là, on avait ou on a affaire à des mâles qui ne sont pas évolués, qui considèrent peut-être que la femme est soit une putain soit une sainte. On peut dire que c’est là une question de conditionnement.

 

Mais ce juge gantois s’appelle Hans de Waele, il ne porte pas la barbe des intégristes, sa peau est claire et il a une tête tout à fait normale {cf. la photo dans De Standaard du 5/2}.

 

Allez mec ! Une pénétration qui ne fut pas un viol violent ? L’équivalent judiciaire de la pédale douce, de la petite tape amicale sur l’épaule. Un compliment à une bonne femme qui, au fond, l’a cherché, non ? Elles sont toutes pareilles ! Elle vous excite puis quand vient le moment où la bouilloire est sur le point de faire sauter le couvercle, elles se rétractent, elles ont des scrupules, ou, pis, après une pénétration sans violence, elles déposent plainte. Quel culot !

 

Au fond, cet accusé devrait à son tour déposer plainte, en se fondant sur le jugement, pour diffamation. Il était convenable lui, il n’a pas semé de faux signaux à connotation sexuels. IL EST UNE VICTIME !

 

Quant au mandat d’arrêt sans signature pour lequel le procureur général qui a en charge le parquet de Bruxelles refuse enquête et sanction disciplinaire, bon, le juge ne l’a pas signé. Soit, mais, les gars de la police judiciaire qui ont reçu le document, NE SAVENT-ILS PAS LIRE {LIRE ET ÉCRIRE et plein d’autres ONG dispensent des cours du soir pour analphabètes} ? Ont-ils des œillères ? Personne parmi ces abrutis n’a constaté que le document n’était pas signé ?

 

Beaucoup de gens sont fiers de la Belgique, à juste titre. Peut-on être fier d’un pays où un juge est à ce point misogyne, manquant à ce point du respect normal pour les femmes, même celles qui « flirtent » mais qui ne couchent pas nécessairement. D’un pays où un gouverneur de province dit qu’on ne doit pas nourrir de migrants. D’un pays où un bourgmestre veut interdire les piscines aux migrants ? Pour ce dernier cas de figure, je comprends la motivation, voir des filles ou femmes en maillots pourrait pousser certains à pénétrer et violer sans violence. Mais gageons que si le même juge gantois devait juger des faits semblables et que l’accusé s’appelait Mohamed, Aziz, etc., que le jugement serait peut-être différent…

 

Dans quel monde judiciaire et administratif de décérébrés vivons-nous…

20:19 Publié dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (0)

13/12/2015

Le premier ministre Charle Michel a la mémoire décidément courte...

Charles Michel a la mémoire décidément courte !

 

Jamais, jamais, vraiment jamais, un Premier Ministre en Belgique n’a été confronté avec une telle information.

(extrait de ‘De Standaard’ des 12-13 décembre 2015)

 

 

Voilà. Notre premier ministre Charles Michel à propos de l’information qu’il aurait reçue le samedi 21 novembre portant sur l’imminence d’une remarque terroriste contre notre pays.

 

D’un point de vue psychologique, si je devais analyser la personnalité de notre premier ministre sur la base de cette réflexion a posteriori, je dirais : narcissisme, ego surdimensionné, besoin de se mettre en avant, de se distinguer, de se faire remarquer, admirer voire aimer.

 

Mémoire outrageusement courte aussi, notre Charles Michel. Mais, on sait qu’un ego surdimensionné passe outre les faits historiques et les aménage via son prisme déformant afin de se mettre en valeur. MOI, MOI, MOI…

 

Qu’a dû penser le 1er du pays le 3 août 1914 quand l’Allemagne impériale transmit un ultimatum au pays neutre qu’était la Belgique, priant notre pays de laisser le libre passage aux troupes du Kaiser pour qu’elles puissent aller attaquer la France, reniant ainsi l’engagement de l’Allemagne de respecter la neutralité de la Belgique ?

 

Ou cet autre 1er ministre qui entendit des bombes tomber sur Bruxelles très tôt le matin du vendredi 10 mai 1940, l’Allemagne nazie cette fois ayant attaqué la Belgique sans même déclarer la guerre ?

 

Ou cet autre 1er Ministre qui entendit la nouvelle de la catastrophe de Marcinelle au milieu des années 50 avec la certitude que près de 250 mineurs étaient pris au piège d’un gigantesque incendie souterrain ?

 

Que dut penser le 1er Ministre qui, durant l’été 1960, apprit que des massacres de citoyens belges avaient été perpétrés par des bandes de déserteurs ou de bandits congolais, dans cette ancienne colonie nouvellement indépendante.

 

Ce premier ministre belge qui en octobre 1962 sut que le monde était au bord de la guerre nucléaire - qui via l’OTAN toucherait la Belgique -, une menace réelle à cause du blocage décrété par les États-Unis contre tout navire à destination de Cuba ?

 

Ce premier ministre qui apprit l’incendie de l’Innovation en mai 1967, ce gigantesque incendie au cœur même de Bruxelles ?

 

Cet autre premier ministre qui, dans les années 80, apprit que le ferry Herald of Free Enterprise venait de faire naufrage au large de Zeebruges, en pleine nuit avec des centaines de passagers coincés à bord ?

 

Ce premier ministre confronté aux doubles dangers des attentats commis par les CCC et les Tueurs du Brabant au milieu des années 80 ?

 

Cet autre 1er Ministre qui apprit avec stupeur le massacre de 10 de nos paras au Rwanda en avril 1994, le point de départ d’un gigantesque génocide contre les Tutsis mais qui nécessita aussi l'évacuation de tous les ressortissants français, belges et autres nationalités menacées ?

 

Ce premier ministre qui découvrit l’horreur et l’étendue de l’affaire Dutroux et des failles de la police et de la gendarmerie ?

 

Ou cet autre premier ministre qui eut à faire face à la crise bancaire et à la faillite virtuelle de trois des plus grandes banques sur la place en Belgique ?

 

Pauvre Charles Michel, il a sérieusement besoin d’affection, qu’on dise de lui que c’est un mec fabuleux, qu’il a à lui seul sauvé notre pays de TRÈS GRANDS DANGERS…

 

J’aimais mieux je dois le dire la modestie et l’efficacité du Roi Albert 1er ainsi que de la Reine Elisabeth. Ils ne firent pas étalage a posteriori de tout ce qu’ils avaient fait durant la guerre pour soutenir le moral des soldats et des citoyens du pays, de leur très grande empathie pour les souffrances des soldats, des civils et des populations belges sous l’occupation barbare des boches.

 

On peut ne pas être modeste. Trump ne l’est pas. Si Michel ne fait pas autant de grimaces que Trump, en occultant la réalité historique pour se mettre en avant, il est aussi ridicule que le clown américain.

17:23 Publié dans Belgique, Perso | Lien permanent | Commentaires (0)