Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/04/2018

À PROPOS D'ANTISÉMITISME

À PROPOS D’ANTISÉMITISME

 

Un appel récent d’intellectuels et artistes français se réfère à l’antisémitisme, nouveau fléau en France. Il fait suite à l’odieux meurtre d’une survivante juive des camps de la mort et à d’autres voies de faits sur des Juifs.

 

On ne peut qu’approuver cette initiative même si la référence à une «épuration ethnique à faible niveau» peut faire sourire ceux qui savent ce que furent des épurations ethniques dans l’ex-Yougoslavie, au Rwanda en 1994, et, plus récemment, en Syrie et en Irak.

 

Non, ce qui m’irrite quand on parle d’antisémitisme, c’est qu’on se réfère uniquement – comme dans le cas de cet appel public aux autorités françaises - à la haine à l’égard des Juifs. Le Petit Robert donne d’ailleurs une définition dans ce sens et sans équivoque, mais que je trouve erronée: ‘racisme dirigé contre les Juifs’. Ce qui en soi est déjà bizarre puisqu’on parle de racisme ; le racisme {toujours en fonction du même dictionnaire} étant ‘une idéologie postulant une hiérarchie des races’. Or, le peuple juif ne ressortit pas à une race unique – juive.

 

Par contre, mon dictionnaire anglais {Concise English Dictionary – Wordsworth Edition} donne une définition me paraissant plus conforme à la réalité de ceux qui sont contre les Sémites: ‘la haine des Sémites, particulièrement les Juifs’. Parce que, ce que tout le monde oublie c’est que l’antisémitisme est effectivement la haine des Sémites. Et quels peuples sont-ils sémites (Petit Robert)? : ‘Se dit de différents peuples provenant d’un groupe ethnique originaire d’Asie occidentale et parlant des langues apparentées {‘peuples: Arabes, Éthiopiens, Juifs, sont des Sémites’}.

 

Donc, un acte commis contre un Arabe, tout comme contre un Juif, devrait, dans les deux cas de figure, être défini comme acte antisémite. Ce qui exclurait comme définition d’acte antisémite, tout acte commis contre un Iranien, un Turc, un Afghan ou un Pakistanais, peuples non-sémites.

 

Je ne suis pas un puriste absolu en ce qui concerne le français, mais je déplore que des concepts aussi fondamentaux que l’antisémitisme, voire le génocide, soient de plus en plus souvent malmenés par des journalistes français ou francophones de Belgique ignorant les définitions et particularités de leur propre langue maternelle. Combien de fois n’ai-je entendu à la télévision francophone, en provenance de chaînes publiques ou privées, de France comme de Belgique, parler de ‘génocide juif’. Comme si les Juifs avaient commis un génocide dont ils auraient eux-mêmes été victimes!? Le Petit Robert parle du ‘génocide des Arméniens’, pas du génocide arménien, comme exemple pour sa définition de ce terme.

 

Pour revenir au terme sémite et antisémite, on oublie un peu qu’il ne s’agit pas de concepts liés à des races, mais à des langues apparentées. Quand on parle de racisme à l’égard des Juifs ou des Arabes, là aussi, on commet une erreur linguistique, puisque Juifs et Arabes ne représentent pas des races mais des peuples aux passé, coutumes, langues, apparentés et bien plus qu’on le croit, car comme le dit la tradition, Juifs et Arabes peuvent manger en commun, selon leurs traditions culinaires et interdits, ce que ne peuvent faire Catholiques et Juifs ou Catholiques et Arabes.

Les commentaires sont fermés.