Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/01/2018

LA FGTB - OUTIL DE DROITISATION DE L'OPINION

LA FGTB, OUTIL DE DROITISATION D’OPINION

Dans son célèbre livre d’ancien du Komintern, Jan Valtin {Sans Patrie ni Frontières} explique comment et pourquoi le Komintern et Moscou décidèrent à la fin des années 20 et au début des années 30 qu’en Allemagne le parti communiste allemand eût dû s’attaquer en priorité aux sociaux-démocrates, en allant parfois jusqu’à prêter main forte au parti nazi pour saboter des meetings et manifestations des sociaux-démocrates.

J’y pensais en lisant ce matin que la FGTB a annoncé vouloir faire une grève générale de 24 heures contre le projet du gouvernement d’instaurer la pension en fonction de points et non plus d’années ou de mois prestés comme auparavant.

Stupide, car d’une part j’ai lu très récemment que le projet de pension à points était pratiquement abandonné. Et, d’autre part, il n’y aura aucun front commun entre les trois syndicats nationaux.

La FGTB est contre ce gouvernement qu’elle juge antisocial. Je suis d’accord avec ce point de départ. Elle souhaite le voir tomber et au plus vite. Je suis tout autant d’accord. D’autre part, le N-VA s’inspire de la politique économique et fiscale de gens comme Thatcher, Reagan, Cameron, la FGTB en est consciente et moi également. Et elle souhaite lutter efficacement contre ces dérives de néocapitalisme sans visage humain. C’est également mon souhait le plus cher.

MAIS…

Ce gouvernement sous obédience absolue de la N-VA représente une majorité des suffrages exprimés en Flandres pour la N-VA, le CD&V et les libéraux flamands, de près ou plus de 50 %. En Wallonie, ce gouvernement ne dispose qu’entre 20 et 28 % des suffrages. Il faut donc tenir compte du fait qu’il y a déjà au départ une position défavorable à la grève partant de Wallonie et surtout quand elle a une connotation uniquement wallonne et rouge de surcroît.

Pourquoi dis-je que la FGTB est actuellement un outil de droitisation de l’opinion ? Parce que, depuis que ce gouvernement antisocial est en place, depuis que la N-VA essaie et réussit à démembrer le modèle social belge, cette règle d’arbitrage et de consensus entre patrons et syndicats – surtout en matières et sécurité sociales - qui a guidé notre pays depuis septembre 1944, la FGTB a déjà lancé nombre de grèves déclarées mais aussi soutenu nombre de grèves sauvages, pensons aux TEC, à la SNCB, à la paralysie totale du pays dans les cas de grève générale. Sans aucun succès ni influence sur le plan politique sauf d’avoir ravivé la grogne d’une majorité de la population qui travaille contre elle et ses diktats. Les anciens et nouveaux dirigeants de la FGTB ont su et savent que ces grèves n’avaient aucune chance d’aboutir à quoi que ce soit car (1) nous ne sommes plus à l’époque de la grève du début des années 60 contre la Loi Unique avec un engouement massfi des travailleurs et le rejet massif d’une loi jugée inique, (2) ceux qui généralement sont touchés par les grèves des transports, les blocages de routes ou de magasins, ne sont jamais les cibles véritables des grèves – les nantis, les capitalistes -, mais l’usager lamda le plus faible, celui qui ne roule ni en Mercedes ni en Jaguar mais qui compte sur des services de transports publics fiables, propres et à l’heure.

La N-VA a une cible principale, la Wallonie personnifiée par le Parti socialiste. Que ce parti de gauche soit actuellement en complète déconfiture et garde un silence honteux alors que Di Rupo se cramponne comme un vieillard à son siège de président {qu’il occupe mais dont la voix emblématique est absente}, pousse donc les camarades de la FGTB à prendre les devants et à agir. Aussi parce qu’il y a le souffle chaud du PTB qui gagne du terrain justement parce qu’il occupe le terrain, en force sinon en finesse.

Une grève générale, unilatérale, rouge, de plus avec le résultat sans doute qu’encore plus de gens – et même de gauche par ailleurs – seront dégoûtés par ces actions intempestives qui n’ont comme autre but politique et social que le nombrilisme {et peut-être des luttes de pouvoir internes ?} d’apparatchiki qui vivent encore actuellement comme sous l’ère de Staline avec comme point de mire la sacro-sainte lutte des classes et le recours à des armes d’antan. Ces grèves sans but, sans leaders, sans objectifs réalistes, ne suscitent plus l’enthousiasme au sein de la population, mais génèrent le dégoût parce que, évidemment, la mauvaise humeur qu’elles suscitent fera en sorte qu’un peu plus d’électeurs iront vers des partis d’extrémismes, à droite comme à gauche, ou, ce qui est pis et en cela la FGTB est un outil de la droite, certaines personnes se diront que la N-VA a au fond raison de condamner les actions de la FGTB et du PS {quand il a des actions, ce qui devient rare, sauf dans les affaires où il est impliqué}.

MAIS BON SANG, il y a d’autres méthodes de faire la grève ou de mener des actions au 21ème siècle ! Pour la SNCB et les TEC, rouler mais ne pas contrôler ni sanctionner les usagers qui n’auraient pas payé. Cependant, le plus important et pour cela il faudrait peut-être que les bosses de la FGTB fassent usage de leurs neurones non encore sclérosés par des siècles de lutte de classe, du point de vue social, il faudrait que ce syndicat réclame la participation des travailleurs {une idée de De Gaulle, et qui marche bien en Allemagne par ailleurs depuis plus d’un demi-siècle}, la cogestion des entreprises privées, soit un nombre égal de représentants du capital et des actionnaires au sein du conseil d’entreprise comme un nombre égal de représentants syndicaux. Et puis, comme nous sommes à l’ère de la communication et des réseaux sociaux, la FGTB pourrait peut-être entrer de plain-pied au 21ème siècle et pratiquer l’information chiffrée, dire pourquoi le gouvernement n’a pas créée le nombre d’emplois qu’il prétend avoir créé, par exemple La FGTB siège au conseil d’administration de l’ONSS comme à celui de l’ONEM qui détiennent toutes les statistiques fiables en matière d’emplois à temps plein et à temps partiels. Il suffit de demander les chiffres réels, de les examiner et de les diffuser via des réseaux sociaux en s’appuyant sur des sources réelles et fiables. SORTEZ DU BOIS, SORTEZ DES CHIFFRES plutôt que de répondre comme des ânes à un mot d’ordre qu’on sait d’avance absurde et contraire aux intérêts des couches de la population que ce syndicat dit défendre.

Quand je vois les représentants Ecolo {un parti que je détestais}, je remarque que de plus en plus fréquemment, ils occupent le terrain politique, ils donnent des chiffres, des arguments censés. Ils ont enfin développé une stratégie qui est sortie de l’ornière de la simple opposition et qui englobe celle de maintenant pour les gens de maintenant.

La lutte des classes, les clichés dignes de «Germinal» de Zola, c’est du passé. Il faut occuper le terrain tout le temps, à l’instar de ce que fait journellement la N-VA, mais il faut occuper le terrain non pas avec un langage du 19ème siècle, il faut s’adapter des méthodes stalinistes de confrontation permanente à celles en usage actuellement, c’est-à-dire: avoir un discours cohérent, moderne, à l’écoute des citoyens démocrates et progressistes, prouver, étayer et non plus se contenter d’interdire le départ des trains ou des bus des dépôts des TEC et de la SNCB, ou bloquer l’accès aux voies, aux routes, aux commerces, voire à des routes desservant des ZI.

Mesdames et Messieurs de la FGTB, BIENVENUE AU 21ème SIÈCLE!