Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/08/2017

TRUMPIPHANIES 3

TRUMPIPHANIES 3

 

Le président Trump qui n’a jamais fait dans la dentelle et qui tombe facilement, d’un point de vue vocal ou par tweets nocturnes, dans l’invective, l’insulte et l’hyperbole populistes, a, cette fois-ci à l’occasion de la manifestation autorisée de néo-nazis, membres du Ku Klux Klan et autres engeances suprématistes très white trash à Charlottesville, réussi à englober dans sa condamnation de la violence et de la haine, les gens de tous bords {terme qu’il a répété pour bien montrer qu’il ne faisait aucune différence entre fascistes et contre-manifestants épris de démocratie}, évidemment sans expressément condamner ces types de l’extrême droite bornée, raciste, xénophobe et fasciste, qui défilaient comme la Constitution US le leur permet.

 

On le comprend, le pauvre. Il a été élu grâce à ce don qu’il a pour l’hyperbole, pour la réduction au plus petit commun dénominateur populiste de certaines idées-phares et souvent à tendance purement racistes et haineuses, comme par exemple les propositions qu’il défend à l’encontre des Mexicains et Musulmans.  Lors de sa campagne, il s’est distingué non pas par son langage châtié ou ses bonnes manières, plutôt par ses reparties, insultes et idées en l’air souvent racistes, toujours placées pour rabaisser un opposant politique – voire même un concurrent de son propre parti -, mais inexorablement inspirées par un profond manque de respect de la personne humaine et dont la source d’inspiration idéologique, à proprement parler intarissable, c’était ce remugle issu de l’Amérique profonde des Blancs désillusionnés, laissés de côté ou dézingués de leur boulot, ces Blancs à la mentalité proche des white trash, des Hillbillies {voir à ce sujet l’extraordinaire ‘Hillbilly Elegy’ que J.D. Vance leur a dédié}, dont sont issus ces mouvements ‘anti’: anti-Washington, anti-état fédéral, mais également, anti-Noirs, anti-Mexicains, anti-Chine, etc., ainsi que ces mouvances du KKK, néo-nazies partisans inconditionnels de la suprématie blanche qui, au fond, n’ont jamais accepté leur défaite d’États sudistes lors du conflit qui vit la victoire des Yankees du Nord et de cet homme qui – à leurs yeux – représentait tout le mal dont souffraient les USA: le président Lincoln.

 

Trump a été élu grâce à ce don pour la haine et l’agression verbale, qui lui collent à la peau mieux qu’un compte en banque; Trump a été élu grâce à cette propagande raciste généralisée dans certains cercles et médias proches de la droite qui, durant 8 années de mandat, a fait d’Obama, le représentant noir, éduqué, distingué, racé, de l’Est intellectuel, le symbole même de tout ce qui aux antipodes de ce petit monde blanc, borné, aveugle et sourd à la démocratie, au progrès, aux bienfaits de l’éducation, de ces petites gens qui ne sont jamais sorties de leur trou villageois sauf pour aller se battre au Vietnam ou en Afghanistan ou en Irak et qui le firent sans avoir aucune notion ou idée ou envie de connaître quoi que ce soit de la culture du pays où ils se trouvaient et encore moins de la langue des gens qu’ils combattaient. Des ignares armés de leur étroitesse d’esprit tirant sur tout ce qui bougeait et était étranger à leur monde de troglodytes du 20ème siècle. Trump a été élu grâce à des slogans souvent misogynes, tout le temps racistes et xénophobes, grâce à l’appui de ces masses blanches paupérisées par la globalisation et les lois du marché, des masses blanches qui virent en un président noir la source de tous leurs malheurs et qui virent en un candidat blanc, milliardaire, grosse gueule et facile à comprendre car maniant une lange enfantine, la solution de tous leurs problèmes.

 

Que l’objet de la manifestation autorisée de Charlottesville ait été la statue de Lee, ou, ailleurs, le retrait d’un drapeau confédéré, ne change rien au fond du problème qui est qu’aux États-Unis il y a toujours eu des mouvances nazies ou néo-nazies, le KKK, et d’autres groupes qui détestent Washington, les taxes et les pouvoirs fédéraux.

 

Vois ces têtes d’abrutis défiler en uniforme facho et armés sur la voie publique n’est pas l’image que nous avons en Europe du droit et de la liberté de penser et de manifester en public son opinion. Il y a là des relents qui font penser aux défilés de chemises brunes ou noires des années 20, 30, des effluves qui font penser aux lynchages de Noirs dans les états américains du sud, il y a là un remugle dont Trump est la source inépuisable et le fait qu’il n’ait pas immédiatement condamné, par des mots aussi forts que ceux qu’il utilisa pour condamner publiquement les ‘crimes’ de Hillary Clinton, le KKK, les néo-nazis et autres suprématistes, est la preuve que ce président américain est incapable de représenter dignement et légalement le peuple américain, qu’il n’est là que pour son ego et son narcissisme pathologiques, une aberration électorale passagère que les Américains épris de démocratie, de liberté d’opinion et de justice, auraient intérêt à dézinguer le plus rapidement possible.

Les commentaires sont fermés.