Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/06/2017

ENOUGH IS ENOUGH - ASSEZ EST ASSEZ

ENOUGH IS ENOUGH - ASSEZ EST ASSEZ

 

Theresa May se prend pour Margaret Thatcher. C’est évident depuis qu’elle est devenue 1ère Ministre du Royaume-Uni.

 

Je détestais Margaret Thatcher des points de vue politique et social, mais j’aimais l’entendre parler. Elle avait une grandeur d’élocution, un timbre et une intonation chaleureux, que peu de femmes politiciennes ont eu ou ont actuellement. Mais, outre le fait qu’elle avait voulu retirer aux enfants d’écoles gardiennes le lait octroyé gratuitement {ce qui lui avait valu le surnom «Thatcher, Milk Snatcher» - Thatcher, Voleuse de Lait}, l’histoire retiendra son nom pour deux décisions politiques particulièrement odieuses: (1) son silence obstiné durant les grèves de la faim par des internés du Provisional IRA à la prison d’Irlande du Nord appelée «Maze» qui aboutirent à la mort d’une dizaine de détenus dont l’icône Bobby Sands, et (2) le long lock-out des mineurs à la suite d’une grève de ceux-ci et, subséquemment le démantèlement complet des mines de charbon en Grande-Bretagne {le film «Brassed Off» illustre bien cet épisode social particulièrement désastreux}.

 

D’un autre côté, à l’instar de Golda Meir en Israël, dont certains soutinrent qu’elle était la seule à en avoir {devinez quoi ?} du temps de la guerre du Yom Kippour, Thatcher en avait plus que la plupart de ses ministres réunis. J’ai eu l’occasion de suivre à la radio la guerre et la reprise des Falklands en 1982, et, ainsi, j’eus souvent l’occasion de l’entendre parler à la BBC. Admirant sa voix, son élocution, son courage, tout en la détestant tout aussi cordialement sur le plan de politique intérieure.

Quand on voit Theresa May qui aspire à devenir la Thatcher du 3ème millénaire, on ne peut que soupirer. Malgré ses souliers rouges, ses lèvres badigeonnées à la fraise des champs – ce qui lui donne des allures de vamp de bas étage, surtout qu’autour de ces lèvres, le visage est plutôt de type avachi –, ses vêtements chics qu’elle porte avec un dos ayant un besoin impératif de redressement d’échine {pour ne pas dire qu’elle marche bossue}, on en vient à regretter l’original.

 

Enough is enough a-t-elle dit à la suite des attentats sanglants de samedi dernier à London Bridge et aux alentours de Borough Market. Ai-je déjà entendu une telle ânerie {oui! en Belgique mais la Belgique ne compte pas sur le plan de l’éloquence ou des idées magistrales}? Une politicienne partisane de la ligne dure, une politicienne tellement assurée de gagner les élections de jeudi prochain qu’elle ne veut pas débattre avec Jeremy Corbyn en public, qui dit que c’en est assez.

Sans doute voulait-elle marquer la force et la pugnacité du gouvernement? Ce qu’elle réussit à faire ce fut de se rendre ridicule, ne déclara-t-elle pas qu’on allait – enfin – lutter contre le radicalisme et prendre des mesures fortes, après 6 années où elle eut à gérer ce dossier comme Ministre et un an comme 1ère Ministre? Las! Elle qui a été Ministre de l’Intérieur d’un gouvernement Tory durant 6 ans, qui a dégraissé le corps de police de 20.000 unités (De Standaard de ce jour parle de 46.000 policiers} et qui n’a pas jugé utile – ni en tant que Ministre, ni en tant que 1ère Ministre – d’armer ces policiers. Pourtant on savait depuis janvier 2015, ensuite depuis le Bataclan, depuis l’attentat de Nice, depuis celui de Berlin, depuis les attaques à l’arme blanche en France, en Allemagne, que les têtes folles inspirées par l’EI pouvaient dorénavant passer à l’action en camion, voiture, ou avec une machette, un marteau voire un couteau à la main. On avait déjà vu un militaire britannique quasiment décapité dans les rues de Londres, attaqué au couteau. Ensuite, quand survint l’attentat par camionnette et arme blanche près du Parlement à Londres il y a trois mois, l’un des faits marquants – outre les victimes «civiles» - avait été qu’un policier non armé de faction devant le Parlement britannique avait perdu la vie, en s’opposant à l’assaillant. Inutilement. Car, eût-il été armé, il serait peut-être encore en vie. Mais May, elle, avait été évacué sous escorte, elle qui n’a pas voulu armer ceux qui mettent leur vie en danger pour défendre la population.

 

Pour l’attentat de samedi dernier à Londres, je retiendrai un fait évident. Quatre policiers non armés {dont l’un en civil} tentèrent de s’opposer aux assaillants, ces fous de Dieu. Tous quatre furent blessés plus ou moins grièvement.

 

On peut mettre cela sur le compte de cette chère Theresa May qui, crapaud, se vit déjà éléphant triomphant, mais, malheureusement, le miroir devrait lui restituer l’image de ce qu’elle est, un crapaud qui barbote dans la mare de ses propres affabulations, un petit esprit nimbé d’une grandeur à laquelle elle aspire mais dont elle n’a ni les moyens intellectuels ni la fibre politique telle que l’avait Thatcher.

 

De cet attentat de samedi dernier, je retiens autre chose. Ce fut courageux pour ces quatre policiers d’avoir tenté de s’opposer aux desseins meurtriers de terroristes, mais avaient-ils au préalable reçu un entraînement aux techniques de défense mains nues, furent-ils initiés à certaines techniques de base des arts martiaux?

 

Je dis souvent à mon épouse que face à des gens armés de couteau ou de marteau constituant une menace, il faut oublier les règles de la bienséance et essayer d’un seul coup {de pied de préférence} asséné aux testicules, à l’une des rotules ou à la cheville, de mettre l’assaillant hors d’état de nuire. D’un seul coup. Et si cela rate, c’est fichu. Bon, cela c’est pour les civils qui n’ont pas reçu d’entraînement particulier. Mais on pourrait attendre de policiers qu’ils fussent drillés pour le combat mains nues, qu’ils puissent mettre un assaillant hors d’état de nuire avec le minimum de dégâts physiques pour eux-mêmes.

 

Theresa May a déclaré qu’assez est assez. Je trouve cela pitoyable. Elle devrait savoir que ce qui a commencé chez eux à Londres le 7 juillet 2005, en Espagne en 2004, aux States le 11 septembre 2001, en France en janvier et novembre 2015, chez nous en mars 2016, etc. n’est que le début d’un long conflit larvé ou déclaré et que de telles déclarations vides de tout sens ou contenu, sont plutôt un aveu d’impuissance qu’une ligne rouge à ne pas dépasser qu’on trace.

 

Thatcher a accouché d’une naine, laide, vaniteuse et enflée de sa propre dialectique que n’écoutent que ceux qui n’ont pas ou plus suffisamment de neurones pour juger en connaissance de cause. Quant à Corbyn, cela ne vaut pas mieux, lui qui a déclaré qu’il veut éviter les guerres et se retirer de la coalition contre l’EI.

 

Comme quoi les élections britanniques se résument à cette vieille expression «between the Devil and the deep blue sea»: d’un côté une rhétorique creuse animée par un esprit tout aussi creux mais très vaniteux, de l’autre un pacifisme qui n’est plus de mise quand on a affaire à l’État islamique et à ses fous de Dieu.

 

Pauvre Royaume-Uni, le pays de Churchill. Heureusement que la population anglaise, britannique, galloise, écossaise et irlandaise, réagit avec une dignité qui devrait faire rougir de honte Theresa May si, du moins, elle avait la capacité de jeter un coup d’œil au-dehors de son bocal d’ego surdimensionné et de ses rêves de grandeur.

Les commentaires sont fermés.