Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

13/02/2017

TRUMP: CLOWN, TYRAN, NARCISSE OU DANGER INTERNATIONAL?

TRUMP: CLOWN, TYRAN, NARCISSE OU DANGER INTERNATIONAL?

 

{certains faits repris ici sont extraits d’articles parus ces dernières semaines dans De Standaard (Belgique) ou Der Spiegel (Allemagne)}

 

Il n’a pas fallu attendre 100 jours pour jauger le président Trump et avoir une idée précise de ce dont il est capable.

 

Salman Rushdie a parfaitement décrit ce qui lui détruisit une partie de la vie avant qu’il ne comprît où se situait l’erreur (il parle de lui-même à la 3ème personne): «Il commençait à apprendre la leçon qui allait lui rendre la liberté: se laisser emprisonner par le besoin d’être aimé revient à être enfermé dans une cellule où l’on éprouve d’infinis tourments et dont il est impossible de s’échapper. Il fallait qu’il comprenne qu’il y avait des gens qui ne l’aimeraient jamais.» {Dans « Joseph Anton », le récit autobiographique de sa mise à l’écart du monde civilisé à la suite de la fatwa, Folio (Gallimard), page 418}.

 

Der Spiegel a récemment qualifié Trump d’enfant de 12 ans dans le corps d’un septuagénaire. 12 ans, pour moi, me paraît même flatteur. Quant à l’Association des Psychiatres du pays, qui a toujours refusé de poser un jugement psychiatrique à distance et sans voir la personne, a vu près de 14.000 praticiens qualifier le président Trump de personnalité narcissique pathologique, envisageant que son état mental pourrait conduire à une procédure d’impeachment (destitution par les deux chambres réunies).

 

Pour ceux qui manient l’anglais et qui ont entendu des extraits de discours, propos ou bribes d’interviews de Trump, une évidence saute immédiatement à l’esprit : tant ce qu’il écrit dans ses tweets que quand il parle, il utilise des phrases courtes sans propositions subordonnées {qu’elles fussent substantives, relatives, d’opposition, conditionnelles, etc.}, fondées sur des espèces de slogans qu’il martèle encore et encore, avec certains mots-clés (bad, disgracious, terrible…).

 

Un exemple récent, un tweet à propos de la firme US Nordstrom qui avait décidé d’abandonner la vente d’une ligne de produits vestimentaires d’Ivanka dans ses magasins de luxe. Trump, vexé {què, ils ne m’aiment pas s’ils ne respectent pas ma fille…} tweete immédiatement : «Ma fille Ivanka a été traitée si injustement par @Nordstrom. Elle est une super personne – me poussant toujours à faire ce qui est juste! Terrible!». On conçoit tout de suite l’élégance, les manières gracieuses d’un président américain qui fustige publiquement une firme parce qu’elle ne met plus en vente plus les produits de sa fille. Une fille qui en tant que conseillère proche du président est censée avoir cédé ses intérêts financiers et un président US qui est tout aussi censé ne pas s’occuper des affaires commerciales de sa fille. Après avoir tancé la firme Nordstrom, le cours d’action de cette société baissa jusqu’à ce que la firme fasse savoir par voie de communiqué qu’elle avait informé Ivanka début janvier de cette décision, car ces produits en question ne se vendaient pas. Du coup, le cours de l’action remonta. J’ai lu récemment que quand des CEO sont convoqués par Trump, ils n’osent ni parler franchement ni s’opposer à lui, de peur qu’il les descende en public ou via des tweets et qu’ils se retrouvent handicapés par ce coup bas et mis au ban de la société mercantile américaine. Parce qu’on sait déjà qu’en plus de son narcissisme extrême proche du pathologique, de sa pauvreté d’expression verbale et écrite, le président US est plutôt du type sanguin, prompt à se foutre en rogne pour un oui ou un non. Rappelons par exemple que lors de la première décision négative pour lui d’une cour d’appel américaine à propos de l’interdiction d’entrée de territoire de ressortissants de 7 pays à majorité musulmane, quand il apprit la décision, Trump se fendit d’un tweet jugeant honteuse la décision de ce soi-disant juge. J’ai aussi lu que quand le gouvernement fédéral a dû justifier sa position devant une autre cour d’appel siégeant avec trois juges cette fois, le gouvernement avait fait savoir que le tribunal n’était pas compétent pour cette matière. Alors qu’en fait, il s’agissait ici de recours fondés sur le respect de la Constitution qui, comme la nôtre, n’établit pas de discriminations fondés sur la race, la langue, l’origine ou la race.

 

Imagine-t-on ce que sera notre monde si Trump se mettait un jour en rogne disons contre la Russie ou la Chine, pour une peccadille, un mot qui ne lui plaît pas, ou un refus de prendre en considération une idée qu’il aurait émise? On sait que lui et son proche conseiller Stephen Bannon ont déjà discuté de l’éventualité d’une guerre avec la Chine et cette information vient de proches de la Maison Blanche. On sait que Stephen Bannon est un danger pour le monde, lui qui admirait jadis Lénine, qui avait su créer le chaos et qui se meut dans la mouvance de droite américaine la plus obtuse, la plus arriérée, la plus intolérante pour les gays/lesbiennes, les femmes voulant ou devant subir un avortement, les couches sociales défavorisées, les étrangers dont surtout les Musulmans…Bannon qui maintenant siège au conseil de sécurité interne de la Maison Blanche alors que le chef d’état-major et celui d’un organe de sécurité en sont désormais exlus. Ou comment faire de la politique d’apparatchiks sans plus se baser sur les avis des experts et/ou spécialistes.

 

Que constate-t-on après un peu plus de trois semaines de présidence américaine?

 

Trump aime parader devant les caméras pour signer des décrets et proclamer ses diktats qui, souvent, ne reposent sur aucun consensus sérieux entre gouvernement et administrations concernées {l’interdiction d’entrée des 7 pays n’a été discutée au préalable ni avec le département des Affaires étrangères ni avec les institutions de sécurité}. Il aime les effets de manches, les doigts qui pointent le danger, les gestes d’auto-encensement, il aime se faire aimer et montrer qu’il a les choses en mains, qu’il agit pour rendre sa grandeur aux États-Unis, il aime dire qu’avec lui ce sera meilleur, cela marchera.

 

Il est, à certains moments, tellement clownesque que je n’aimerais pas être membre de sa famille, je me cacherais de honte. Recevant récemment le Premier Ministre japonais Abe, Trump l’a d’abord étreint dans ses bras puis au moment de la séance photos, il a agrippé la main du pauvre Premier japonais qui a voulu, à deux ou trois reprises, la dégager, sans y réussir. Quand on connaît les sensibilités japonaises, on sait qu’ils rechignent au contact physique entre personnes étrangères, donc se serrer dans les bras et serrer des mains, ce n’est pas du tout leur truc culturel. Le respect pour eux tient à une certaine forme de décence, de non-intimité physique et d’abaissement de la tête ou du tronc en fonction du niveau de la personne qu’on salue par apport à son propre niveau.

 

Récemment, il semblerait que Trump ait atténué sa position – très dure au départ – vis-à-vis de la Chine. Ce que peu de gens savent c’est que la plupart des banques américaines avaient refusé d’encore donner des prêts à Trump; finalement, c’est une banque chinoise qui lui aurait accordé un prêt. Une décision d’apaisement purement politique ou subodore-t-on des intérêts financiers là-dessous?

 

Récemment aussi, une conseillère du président, Kellyanne Conway, aurait à plusieurs reprises évoqué un massacre dans un petit bled américain– perpétré par des terroristes musulmans, et cet argument pour justifier l’interdiction d’entrée de ressortissants de 7 pays -, un fait qui n’aurait jamais été révélé au grand public. Fake news, s’il en est, une invention pure. La même conseillère aurait récemment fait de la publicité en public lors d’une interview sur Fox News à propos de la ligne de vêtement d’Ivanka.

 

Déontologie, éthiques, valeurs morales, décence, sont des mots qui ne font pas partie du vocabulaire du nouveau président américain ni de certains de ses proches. Ni respect de la Constitution qu’il a pourtant juré de défendre. On sait que Trump divise les gens entre killers {ceux qui s’imposent sur le plan financier ou politique, les durs} et les autres. On sait aussi qu’il est effroyablement vindicatif et ne pardonne jamais une offense à son égard, de ne pas l’aimer ou de le contredire en public {d’après des sources de la Maison Blanche, aucun conseiller ne peut le contredire devant d’autres personnes, même s’il l’accepte en privé}.

 

Clown, tyran, Narcisse, danger international, il y a de tout cela chez Trump tout comme on dit de lui qu’il ne lit pas, qu’il passe son temps à regarder la télévision, qu’il a une capacité d’attention très réduite sauf quand on parle en bien de lui.

 

Ce qui me rassure un rien, c’est que déjà, il y a eu des manifestations d’opposants, qu’il y a des embryons de contestation et, connaissant le domaine de la justice en Amérique, on peut être sûr que nombre de ces diktats/décrets verront leur sort réglé devant des juridictions. Son candidat pour la Cour Suprême aurait même laissé entendre que critiquer la justice comme cela se faisait, n’était pas convenable.

 

Ceux qui ont raillé Sarkozy jadis pour son narcissisme maladif, doivent penser à l’heure actuelle qu’il n’était qu’un nain face au géant Trump.

 

Son slogan {de Bannon en fait} LET’S MAKE AMERICA GREAT AGAIN ! est en trois semaines devenu "WE MAKE AMERICA STUPID AGAIN !"

Les commentaires sont fermés.