Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/09/2016

LA N-VA ET LE CONDITIONNEMENT PSYCHOLOGIQUE

N-VA ET LE CONDITIONNEMENT PSYCHOLOGIQUE

 

Comme les anges à l’œil fauve,

Je reviendrai dans ton alcôve

Et vers toi glisserai sans bruit

Avec les ombres de la nuit ;

{Baudelaire – Le Revenant, poème LXVI – Les Fleurs du Mal}

 

La mort récente d’une des grandes voix de la BRT/VRT, Jef Lambrecht de RADIO 1, que j’ai connu personnellement et avec qui j’étais épisodiquement resté en contact après notre voyage commun au Vietnam en 1993 -, m’a remis en mémoire qu’il a été l’un des tout premiers à affirmer haut et fort que « la VRT avait donné la stature de grands à des gens comme Bart De Wever de la N-VA et Jean-Marie Dedecker du LDD en les invitant sur ses plateaux ou à des émissions comme "De Slimste Mens Ter Wereld".

 

J’ai une assez bonne connaissance de ce qui se dit et se montre en Flandre puisque je suis parfait multilingues (dont le néerlandais). Il y a quelques mois, je lisais ainsi une interview de Geert Hoste, stand-up comedian surtout connu par son show satirique de fin d’année que la VRT retransmettait chaque fois un des tout premiers jours de l’année suivante. J’ai vu plusieurs fois ses shows avec dans le public des Bekende Vlamingen {caméra sur le visage quand le comique se permettait un mot d’humour pas trop méchant à leur égard}. C’étaient surtout la famille royale, Di Rupo et les Wallons qui subissaient ses traits d’humour et cela marchait très bien. Car, pour les Flamands se rendant à de tels spectacles, le Walloon-bashing, cela fait rire à tous les coups, Tout comme les inévitables blagues sur les rois Albert II et/ou Philippe et leur utilisation un rien guindée et vieux jeu du néerlandais. Eh bien, Hoste a déclaré lors de son interview récente que quand il avait essayé de faire des blagues avec des personnalités de la N-VA, un grand froid se répandait dans la salle. Je m’étais déjà fait la réflexion que Hoste devait être raciste {à l’encontre des Wallons} ou peu courageux, car je n’avais jamais entendu la moindre critique ou blague contre des gens de la N-VA, sauf peut-être quelques traits pas trop méchants contre le guindé Bourgeois, de gentilles moqueries tout le contraire de celles plus virulentes contre Wallons et membres de la famille royale.

 

Ce que je trouve également aberrant c’est que récemment, on a dit que près de 20 % de la population wallonne avait de la sympathie pour la N-VA !?

 

Parlons de conditionnement maintenant. Le conditionnement - et le pionnier soviétique Pavlov ne me démentira pas à ce propos -, consiste à provoquer des réflexes conditionnés chez des animaux ou des personnes, et, comme l’indique le Petit Robert, il consiste également à « provoquer des habitudes de pensée, de comportement, dans un ensemble social ».

 

Jef Lambrecht a affirmé lors de son départ à la pension en 2009 que la VRT avait donné une stature de grand notamment à Bart De Wever. Et c’est incontestable. Avant la prise de pouvoir par la N-VA du bastion socialiste d’Anvers aux élections communales ensuite de la Belgique fédérale à celles de 2014, De Wever était – et reste actuellement - omniprésent sur les ondes de la VRT, une véritable figure de proue. Invité à des talk-shows aux meilleures heures (dimanche midi), invité à De Slimste Mens Ter Wereld jadis où il se montra brillant candidat, invité lors d’interviews, extraits de discours ou de happenings {le dernier en date à Plopsaland, le weekend dernier}, chantant des chants flamingants lors de la grande fête du chant. Partout, tout le temps on le voit, vitupérant, râlant, critiquant, tel un Moïse dont il serait le Dieu, un démiurge de la politique flamande, ergo belge.

 

Hitler avait – bien avant qu’on ne connût les travaux de Pavlov – compris, de manière presque intuitive, ce que le conditionnement pouvait provoquer en termes d’adhésion à un programme, à un leader. N’était-ce pas lui qui avait soutenu dans Mein Kampf qu’il fallait parler en slogans simples et les répéter tant et plus. Cela lui réussit car quand on lit des analyses approfondies au sujet des généraux et simples soldats de la Wehrmacht {ceux qui avec la SS commirent les plus grands crimes de guerre}, on constate que cet endoctrinement, ce conditionnement psychologique, avaient porté leurs fruits : les généraux et les soldats, presque sans exception, considéraient les Juifs comme des parasites et les communistes et Slaves comme des Untermenschen. Il y a suffisamment d’études historiques qui ont démontré qu’il n’y eut pas que les SS qui furent de rabiques et fanatiques propagateurs – et criminels – de l’idéologie nazie.

 

Sans que De Wever fût nazi ou fasciste, il est à tout le moins étonnant de l’entendre vitupérer depuis bientôt une décennie contre les Wallons qui vivent aux dépens de la Flandre {souvenez-vous de l’action ludique des camions bourrés de fric allant en Wallonie, ou de Bartje déguisé en panda, importés en Wallonie avec l’argent de la Belgique donc des Flamands travailleurs}, des Wallons les champions en nombre de chômeurs et d’invalides de mutualité, des Wallons à la traîne de la Flandre. C’est lui qui déjà il y a plus de dix ans avait repris à son compte cette théorie juteuse sur le plan électoral d’une Belgique à deux vitesses {et à l’époque les analogies avec la défunte Tchécoslovaquie avaient fusé}. Théorie qu’il n’a jamais abandonnée et qui reste le socle sur lequel s’appuie toute son idéologie perverse. Théorie qu’il n’a jamais abandonnée et qui reste le socle sur lequel s’appuie toute l’idéologie de libération du joug financier que constitue la partie sud du pays.

 

Mais là où les journalistes de la VRT sont en faute {mais on peut englober nos médias francophones dans le même moule} c’est que quand Bart De Wever sort une énormité, comme celle sur les pandas importés en Wallonie avec l’argent fédéral, aucun journaliste n’a le courage d’apporter un élément contradictoire. Sans doute de peur qu’un jour – et il approche à grands pas – la N-VA aura fait son entrée fracassante au conseil d’administration de la VRT ou acquerra le poste de président du CA.

 

Donc, par simple conditionnement depuis bientôt une décennie, De Wever et la N-VA, à force d’asséner sans cesse des mensonges, des contre-vérités, des approximations simplistes surtout contre les Wallons mais maintenant contre les étrangers de culture musulmane, gagne la guerre de la conquête des esprits. Les gens en Flandre commencent à croire dur comme fer que les Wallons sont des fainéants, des assistés, des parasites sociaux.

 

Et, si on examine les derniers sondages, on voit que la N-VA baisse dans les intentions de vote. OUI ! 25 % N-VA + 15 % Vlaams Belang, cela fait 40 % des Flamands qui voteraient pour des partis aux idées simplistes, populistes vaguement ou franchement xénophobes, anti-wallonnes à outrance, des partis peu différents de l’indigence intellectuelle que nous sert Trump aux States. Deux partis qui veulent la destruction de la Belgique unitaire pour mettre en place une Flandre nationaliste, autocrate, autoritaire, réactionnaire et conservatrice {on n’a jamais vu De Wever à des spectacles de théâtre ou d’opéra d’avant-garde, ou louer des auteurs tels Lanoye ou Verhulst ou assister à des concerts de musique contemporaine ou de free jazz}, bref une Flandre dont les penseurs actuels ont toutes les caractéristiques de ce que constitue la définition du fascisme, et on peut y ajouter le flirt avec les gros industriels et la haute finance.

 

Mais, l’influence insidieuse et perverse de cette idéologie du rejet des parasites et assistés wallons a gagné d’autres partis puisque, par exemple, en assurance-maladie-invalidité, on va revoir les processus d’octroi des allocations de maladie {cf. De Block}. Ce qui est amusant, sachant que pour des raisons historiques ou peut-être de complaisance, une grosse majorité des invalides se situe en Wallonie {Dutroux était reconnu invalide !}. J’ai entendu hier dans l’affaire de l’insulte raciste proférée par le député VLD Luk Van Biesen à l’égard de la députée allochtone Meryame Kitir, qu’il n’aurait pas dit qu’elle devait retourner au Maroc, mais qu’il aurait dit en substance « si ces ouvriers de Caterpillar sont si bons, ils retrouveront un emploi ici, en Turquie ou au Maroc ». Ce qui est tout aussi raciste à l’égard des Wallons et qui montre aisément que cette idéologie de la N-VA raciste, perverse et dénigrante à l’égard des Wallons, gagne du terrain et pollue les esprits de gens d’autres partis.

 

D’une certaine manière, les Wallons et francophones sont pour De Wever et les têtes pensantes de la N-VA des parasites, des Untermenschen (sous-hommes). On ne veut pas dans ce parti les tuer, non. On veut couper le cordon ombilical qui relie la Flandre riche, égoïste et donatrice de montants illimités à fonds perdus, à cette Wallonie fainéante, parasitaire, qui ne mérite que d’être laissée à son propre et triste sort. Comme les migrants. Comme les Musulmans.

 

Baudelaire avait raison. Il se glisse dans nos alcôves aves le ombres de la nuit, pollue et pervertit les esprits. Avec l’aide bienveillante de journalistes de la presse télévisée aussi bien qu’écrite, avec bientôt l’aide d’une partie des Wallons…

 

Pauvre Belgique comme aurait di Baudelaire jadis.

12:06 Publié dans Belgique, Perso | Lien permanent | Commentaires (0)