Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

31/08/2016

Pourquoi j'aime le candidat Trump

POURQUOI J’ADMIRE TRUMP

 

                                       Dédié à Kafka - qui d’autre ?

 

Pour les vrais démocrates et les personnes éprises des libertés fondamentales, Trump représente le candidat idéal pour la course à la Maison Blanche.

 

Je l’admire quand je le vois et l’entends. Il y a en premier lieu mais ce n’est pas la moindre qualité de la longue liste, son élégance naturelle, son port altier, la belle qualité des vêtements qu’il porte avec cette clase qui caractérise les esprits les plus fins de la Fifth Avenue. Comparez le à bobonne Hillary et à l’actuel président des States, et vous verrez qu’il les surclasse aisément sur les plans vestimentaire et de tenue. . Là où Obama paraît fade, effacé, peu disert, et qui aurait fait à la rigueur un honnête quoique peu talentueux présentateur de spectacles à Broadway, dès que Donald Trump paraît, rien que sa démarche triomphale où l’on retrouve le Rocky des premières et meilleures années ou le Mohamed Ali des triomphes, on sait que la partie est gagnée et qu’Hillary peut aller à la retraite qu’elle mérite. Elle n’a aucune mais aucune chance d’imposer son style arriéré de mémé en manque de tricotage. La coiffure de Trump est un autre atout. Impeccable, où pas un cheveu ne sort du lot - collée au crâne comme le sont ses incroyables et sidérantes idées chevillées à l’esprit - est un exemple de beauté indicible. Avez-vous déjà vu aussi la grandeur de ses mains, dignes de ce grand homme, dans tous les sens du terme, qu’il est, sans l’ombre d’un quelconque défaut physique ou mental ?

 

Cet homme d’affaires élégant donc, n’est pas que beauté physique superficielle. Il est un véritable tribun, un formidable débatteur, qui ne frappe jamais en dessous de la ceinture comme l’ont fait certains de ses adversaires républicains ou mémé Hillary. Un homme patient et qui prend toujours le temps nécessaire pour répondre de manière correcte, claire, longue, circonstanciée et approfondie, aux questions insidieuses de ces faux jetons de journalistes qui ne cherchent qu’à l’enfoncer, le ramoindrir, le salir. Là où un Obama ou une Hillary Clinton répondait à une question un peu dure par une tentative ratée de bagatellisation par l’humour, la dérision ou l’évasion existentielle, Trump met –toute sa considérable énergie, sa fantastique intelligence et sa connaissance légendaire des affaires de l’état et des affaires du monde, pour répondre poliment mais fermement, parfois longuement, mais toujours de façon analytique et enrichissante. En futur homme d’état, sans jamais s’énerver ou perdre contenance, intégrité intellectuelle ou sang-froid. Ce qu’on ne peut dire d’Obama et Hillary, les champions de la perte totale de sang-froid en public. Combien de fois Trump n’a-t-il pas ainsi coupé la chique à des journalistes plus concentrés sur le fait de lui faire perdre la face en public que d’informer le public, en les remettant à leur place, poliment, fermement, avec le respect dû à la profession journalistique, mais en les noyant par des faits irréfutables ?

 

Si on parle programmes et substantifiques vérités, là aussi le candidat à la Maison Blanche Trump surclasse aisément Hillary Clinton. Là où la vieillissante et usée Hillary sert du réchauffé de ce qu’elle a déjà servi en tant qu’épouse de son président de mari – quel loser ce Bill Clinton ! - et en tant que Ministre des Affaires Étrangères, le candidat Trump ose le nouveau, l’inédit, le jamais pensé. Ainsi, à l’égard de Poutine, honni par toutes les communautés mal-pensantes d’Amérique et d’Europe, Trump a osé affirmer qu’il l’admirait et que c’était un type bien. Trump a aussi indiqué, sans ambages, que les autorités chinoises avaient eu raison de réprimer les manifestations d’étudiants de Tien An Men jadis. Il faut aussi comprendre que pour Trump, homme d’affaires milliardaire et immense bâtisseur d’empire immobilier {petit pas pour l’homme mais grand pas pour l’humanité}, l’ordre en toutes choses mais surtout l’ordre public est primordial. Il faut de l’ordre pour bâtir des buildings, tout comme pour dégoter une super nana blonde d’épouse et de partenaire à part entière qui sait écrire toute seule ses discours, il faut de l’ordre pour rétablir la grandeur de l’Amérique en plein déclin économique, social et sociétal. Il ne faut pas que n’importe qui, de n’importe quelle croyance, couleur de peau ou mouvance politique, puisse émettre en public des opinions contraires à l’ordre public. C’est ça la démocratie, savoir où est la place de chacun et chacun à sa juste place et Trump à la présidence. C’est d’ailleurs pour cela que le modeste et timide candidat Trump défend le principe de l’armement individuel de tout Américain, conformément à un amendement de la Constitution. Il faut se prémunir contre les sauvageries d’inspirations mexicain, musulmane et noire, des ghettos urbains, des saute-clôtures, des passe-frontières. Il faut sévir d’urgence contre ces criminels qui donnent une fausse image des USA et menacent son tissu social qu’emportèrent avec eux les premiers pionniers blancs du Mayflower. Citoyens américains de bon crin, il faut s’armer contre la tyrannie de la violence ethnique et communautaire. Ce ne sont pas des hommes qui tuent d’autres hommes avec des armes, mais des armes qui le font. Indépendamment parfois de la volonté de leur propriétaire mais toujours dans l’intérêt de la Nation. Un policier qui tue un délinquant noir ne tue pas un Noir mais il tue un délinquant. C’est cela la vérité que ni Obama ni Hillary ne veulent avouer. Car ce sont des lâches, des peureux, des faux jetons ces deux là, et, de plus ils ont besoin des votes de ces minorités criminelles alors que le candidat Trump assoit sa légitimité électorale sur le plus grand commun dénominateur des bien-pensants et des partisans de l’ordre et de la discipline, partisans aussi de l’adage biblique qui dit que « qui aime bien châtie bien. », les armes à la main s’il le faut {la Bible est mal fichue à certains endroits}.

 

Quant aux illégaux, pourquoi Trump devrait-il les admettre aux USA, les tolérer dans le pays, alors qu’un état lilliputien comme la Belgique les renvoie d’où ils viennent ? Ou, ce petit pays lilliputien qui a nom Belgique souhaiterait-il prendre dans ses frontières les dizaines de millions d’illégaux mexicains qui sèment la terreur, le crime et la violence aux States, tout comme ces Musulmans en quête de djihad ou ces millions de criminels noirs qui violentent les cités et villes américaines ?

 

Du point de vue économique aussi, j’admire la clarté des propositions du candidat Trump. Baisser les impôts des sociétés et des classes moyennes. Donner au xriches ce qu’on retire aux moins nantis. Là aussi, ce pays lilliputien qu’est la Belgique a montré l’exemple. Pourquoi dès lors s’offenser si on propose la même chose dans un pays qui est et restera le maître incontesté du monde si Trump accède à la présidence, ce que je lui souhaite.

 

Je le vois déjà Président des States et traiter avec Merkel et Hollande. Ils auraient très vite compris et se feraient tous les deux tapis, charmés et abasourdis par l’intelligence, la clarté de vision mondiale et l’extrême efficacité de ce que le nouveau président des États-Unis proposerait. Flashés.

 

Avez-vous également remarqué la manière élégante mais appropriée avec laquelle il a remis à sa juste place cet ex-Pakistanais Kahn qui d’une façon purement gnangnan et démagogique parlait de la mort de son fils en Irak, naturalisé américain, comme s’il fallait être américain et mort pour être quelqu’un de valeur ? Il avait perdu l’essentiel de vue ce Kahn, devenu citoyen américain tout comme son fils. C’est qu’avec un Trump au pouvoir et installé dans le fauteuil présidentiel, son fils ne serait pas mort pour les USA car il n’aurait eu aucune chance de devenir citoyen américain. Être ou devenir citoyen américain n’est pas à la portée de n’importe qui. Là où auparavant, on laissait l’accès à la citoyenneté à la lie de l’humanité, dès le premier jour de son mandat présidentiel Trump veillera à mettre en place des mesures sélectives plus rigoureuses, sans discrimination de race, religion ou couleur, mais fondées sur des critères objectifs que lui seul déterminera et qui ne tiendront évidemment aucun compte d’une prétendue diversité raciale, sociale ou sociétale comme aimaient l’imposer les élites de la Côte Est des States. Fifth Avenue à New York constituera le socle social sur lequel sera bâti l’accès à la future citoyenneté américaine.

 

Le président Trump remettra à l’honneur les libertés fondamentales, comme celle de penser, d’agir et de se comporter comme lui. C’est cela la démocratie et c’est pourquoi il faut réapprendre à encenser des démocraties véritables telle la Russie et rejeter fermement le dumping généralisé de ses sous-produits que pratique la Chine. Et l’Europe, on la laissera croupir dans ses marasmes financier, économique et social. On sera, pensera et agira comme des Américains, sans tenir compte du monde extérieur. Qui par ailleurs enviera la grandeur restaurée de ce grand pays, le berceau de la civilisation et des libertés fondamentales. Le bastion de l’intelligence active et ferme.

 

Ainsi, avec Trump en selle, la population américaine dans son ensemble sera entre de bonnes et expertes mains. Il les guidera comme il a fait construire des gratte-ciel, il les inspirera comme il a su le faire lors de ses nombreux discours et débats télévisés : avec force d’âme et de conviction, élégance, respect et connaissance approfondie des dossiers et des faits ; il saura remettre de l’ordre et de la discipline dans une société gangrénée par le multiculturalisme, la pluralité religieuse et sociétale.

 

Avec lui, enfin, la Nation américaine parlera d’une seule et unique voix.

 

La Sienne !

 

Dieu soit Loué !

Les commentaires sont fermés.