Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/08/2013

La N-VA conquérante

Au hasard de mes lectures, j’ai trouvé ces deux perles qui, toutes deux, parlent de propagande et de la manière de réussir une propagande électorale.

 

«…une propagande qui se veut réussie doit lier simplification et répétition.  Elle doit se concentrer sur peu de points et les répéter inlassablement. »

 

«Entièrement égal s’ils rient de nous ou nous injurient, l’essentiel c’est qu’ils nous mentionnent, qu’ils s’occupent sans cesse de nous. »[1]

 

Cela fait fameusement penser à la N-VA, non? Eh bien, oui.  Fameusement!

 

Je n’irais pas jusqu’à dire qu’il y a là une manière consciente, délibérée, de la part de la N-VA d’appliquer les méthodes qui ont si bien réussi à Hitler au début des années 30, avant qu’il ne prenne le pouvoir, mais si vous repensez à certaines des déclarations les plus fracassantes de la N-VA des ces derniers temps, n’oubliez pas qu’il réduit le gouvernement fédéral constitué de six partis (socialistes, libéraux et sociaux chrétiens des deux côtés de la frontière linguistique) au seul PS et à la seule personne de Di Rupo, le Diable personnifié.

 

Di Rupo est un marxiste.  Le PS et Di Rupo veulent encore toujours dominer la Flandre et pérenniser les transferts du nord vers le sud. La Wallonie (donc Di Rupo et le PS) fonctionne à une vitesse différente (moindre) que la Flandre. Les Wallons (visez Di Rupo et le PS) ne veulent pas activer les chômeurs ni les personnes dépendantes de CPAS.  Les Wallons (visez Di Rupo et le PS) soutiennent à outrance la famille royale et la personne du Roi contre la volonté de la Nation flamande.  Les Wallons (visez Di Rupo et le PS) ne désirent nullement limiter l’activité du Roi à un seul rôle protocolaire, contre la volonté de la Nation Flamande.  Toujours selon la N-VA, le gouvernement fédéral de Di Rupo n’a pas été assez loin dans les réformes constitutionnelles entreprises récemment.  Alors qu’on sait pertinemment que quand De Wever a eu l’occasion de former un gouvernement incluant son propre parti - lors des discussions en vue de la formation d’un gouvernement ayant démarré en 2010 -, il a refusé de manière calculée d’entrer dans un gouvernement et de mettre en œuvre ces réformes bénéficiant aussi et surtout à la Flandre.  Et on sait aussi que près de 60/70 % des réformes actuelles se trouvaient déjà dans un document préalablement approuvé par la N-VA.

 

On pourrait dire que la N-VA montre des signes de début de maladie d’Alzheimer, de dispersion, d’oublis, sauf que de toute évidence, il y a là derrière une stratégie de pourrissement et d’attaques virulentes –  dénuée de tous fondements économiques ou politiques réels sauf idéologiques – contre une cible bien déterminée.  Une stratégie de simplification et de répétition (cf. les mots mêmes d’Hitler) susceptible de plaire au plus grand nombre d’électeurs flamands. Bref, une stratégie grandiose, hitlérienne de conception, modulée à l’image de la Nation flamande qui aspire à son émancipation et qui pour arriver à cette fin emploie n’importe quelle manière, du moment qu’elle apporte en termes d’électorat passager.

 

Lors de discussions avec des amis ou des connaissances sur le sort de la Belgique et le spectre de la séparation en 2014, je dis toujours une chose essentielle: si on a mis plus d’un an et demi pour aboutir à la formation d’un gouvernement, combien de temps faudra-t-il pour convenir en commun – francophones, Wallons, Flamands, germanophones et Bruxellois – de la répartition des avoirs du Royaume Belgique, mais aussi et principalement, de la répartition équitable de la dette publique?  Et selon quels critères?  Population, richesse, surface de la région, mélange de différents facteurs?  Donc, nous francophones, nous ne devons pas trop nous en faire, ce qui ne veut pas dire que nous devons accepter des abus ou une incurie politique conduisant à de plus gros montants de transferts du nord vers le sud.

 

Il y a quelques jours un ami me disait que pour clore le bec aux Flamands (lui, d’ailleurs qui est flamand d’origine et est resté domicilié en Flandre), il faudrait que les francophones et Wallons fassent preuve de matière grise et cherchent à exiger la régionalisation de l’imposition de l’impôt fédéral en fonction du lieu du travail.  Comme il y a beaucoup plus de Flamands travaillant à Bruxelles que de francophones ou de Wallons, Bruxelles deviendrait ipso facto la région la plus riche du pays et une partie du contentieux serait réglée puisque la N-VA poursuit, en ce qui concerne l’avenir de Bruxelles, deux objectifs, la maintenir comme capitale de la Flandre mais l’étrangler économiquement et fiscalement.

 

Quelles sont les réalisations les plus marquantes de la N-VA en tant qu’édiles communaux?

 

Citons en vrac l’imposition du drapeau flamand sur les plaques de rues à Alost, la création d’un team d’inspecteurs toujours à Alost, chargés de débusquer la fraude sociale, surtout au niveau des bénéficiaires d’aide du CPAS, et encore à Alost la lutte accentuée contre l’invasion par les nouveaux Barbares que sont les Wallons et francophones.  À Anvers, après le vœu de taxe d’inscription augmentée pour les étrangers, passé à la trappe pour raison d’inégalité de traitement et de discrimination, il y aura maintenant une idée semblable, un ‘snel loket’, une procédure accélérée pour ceux qui seraient désireux de payer près de 200 euros pour un service d’inscription accéléré.

 

On dit que Reynders est attiré par une collaboration avec De Wever et qu’il aurait été vu du côté d’Anvers (certes pas du côté de chez Swann…).  Ce qu’on oublie c’est que Reynders et BDW sont tous deux partisans d’un capitalisme débridé, réduisant les acquis sociaux, dégraissant l’État, les pouvoirs publics, saquant là où résident les couches les plus démunies de la population, taxant les pauvres et épargnant les riches et les entreprises.  Il y a identité d’âme politicienne entre ces deux lascars, ce n’est pas pour rien d’ailleurs que pour le MR le PS et di Rupo constituent les plus graves dangers pour notre survie économique (refrain connu, cf. ci-dessus).

 

Et, bien plus que le danger d’une scission pour des motifs linguistiques ou pour les transferts nord-sud, la N-VA est dangereuse parce qu’elle voudrait ramener notre pays à un état de capitalisme sauvage ayant un système social détricoté où la majorité des travailleurs cotiserait à titre personnel pour l’essentiel de la pension, des assurances maladie-invalidité, etc.  Malheureusement, nos médias francophones axés sur le linguistique ne tiennent pas assez compte de cette donnée bien plus importante.

 

Au Royaume des aveugles…



[1] Extraits de déclarations d’Hitler repris dans « Hitler und Stalin – Parallele Leben » d’Alan Bullock

14:42 Publié dans Belgique, Perso | Lien permanent | Commentaires (0)