Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

25/11/2011

Alexandre Soljenitsyne - l'écrivain et penseur

Alexander Soljenitsyne est un écrivain que j’apprécie à sa très juste valeur.  Beaucoup de lecteurs et de critiques, obnubilés par son œuvre magistrale ‘L’Archipel du Goulag’ ont eu tendance à minimaliser ses qualités de romancier.  D’autres, ont imputé son Prix Nobel à son courage et son combat politiques et non à ces qualités d’écrivain, de romancier.  Ce ne serait pas la première fois.  Je lis en ce moment Orhan Pamuk, l’écrivain turc, autre Prix Nobel ; et, malheureusement pour moi qui ai une expérience de plus de 50 ans de lecture sérieuse d’auteurs, dans 5 langues différentes, je ne vois a priori, rien chez lui du point de vue du style ou des trouvailles linguistiques qui eût mérité un Prix Nobel.  Sauf, que dans « Neige » par exemple, il parle du danger intégriste en Turquie, du port du voile, du combat entre gouvernement tendant vers les ‘islamistes’ et opposition de gauche ou athée de plus en plus démunie contre la montée des extrémismes, sujets intéressants.

 

Chez Soljenitsyne j’ai aimé « Une journée de la vie d’Ivan Denissovitch », un petit roman remarquable car il montrait ce qu’était en réalité une journée complète au sein du Goulag, il montrait combien de petites joies (un peu de nourriture de rabiot, un endroit à l’abri du vent pour travailler à des travaux de maçonnerie et un poêle où se réchauffer de temps à autre, des codétenus corrects…), étaient susceptibles de faire oublier un jour de plus dans ce premier ou deuxième cercle de l’enfer.  Un autre de mes romans favoris reste ‘Août 14, un chef-d’œuvre incontestable.  Il dépeint le début de la campagne russe de Tannenberg en Prusse orientale lorsque, dès le début de la Première guerre mondiale, un peu par hasard, les troupes russes battirent les troupes allemandes, les repoussèrent, ensuite survinrent ces grains de sable d’inorganisation, de manque de renseignements (ou d’idées), de suffisance, de têtes dures, qui firent en sorte que de victoire absolue, cette campagne se solda par un échec cuisant.  En la figure centrale d’un officier russe, envoyé secret du Grand-Duc (qui souhaitait être informé par quelqu’un de confiance de la situation réelle sur le terrain), on a là un héros digne des meilleurs romans, un idéaliste, un homme courageux qui n’hésite pas à prendre des initiatives, à organiser lui-même des points de défense, ou des retraites ordonnées, sans lésiner sur sa propre vie.  Un ‘héros’ un peu pareil à Pierre dans ‘La Guerre et la Paix’, permettant via son regard d’observateur indépendant de se faire une idée précise d’une campagne désastreuse pour la Sainte Russie.  Tout cela écrit dans une belle langue.

 

Pourtant, si j’aime Soljenitsyne, le romancier, l’auteur du ‘Goulag’, il y a certaines de ses opinions qui me donnent envie de vomir.  Dans le tome 3 de ‘L’Archipel du Goulag’ (que je relis pour une dernière fois), je suis tombé sur les passages suivants :

 

-         « sont particulièrement proches de mon âme, les Estoniens et Lituaniens (…) Ils ne faisaient de mal à personne, vivaient paisiblement de façon organisée, avec plus de moralité que nous…(…) à l’égard des Lettons, mon attitude est plus complexe.  Il y a dans leur cas, une sorte de fatalité.  Car c’est bien eux qui ont semé. »

-         « Et les Ukrainiens ?  Nous avons cessé depuis longtemps de dire «’nationalistes ukrainiens’, nous nous contentons de dire ‘bandéristes’, mot qui est devenu à ce point injurieux que l’idée ne vient même plus à personne d’essayer d’aller au fond des choses. »

-         « Et même au printemps de 1943, c’est encore un élan général qui accueillit Vlassov dans ses deux tournées de propagande (…)  Je prendrai sur moi de dire : mais enfin, notre peuple n’aurait rien valu, c’eût été un peuple d’incurables esclaves s’il avait raté une pareille occasion, fût-ce de loin, de menacer de son fusil le gouvernement stalinien, l’occasion au moins de brandir son arme et de lâcher une bordée à l’adresse du Père entre les pères. »

 

 

Là, nous avons affaire non pas au Soljenitsyne spécialiste incontesté de l’âme et des méandres du « zek » (détenu) du Goulag, mais au Soljenitsyne rétrograde, celui qui en vertu de son antisoviétisme absolu – que je respecte puisqu’il en a souffert plus que d’autres, dans sa chair comme dans ses corps et âme -, associe tout ennemi de Staline et en fait par un preste tour de passe-passe un ‘ami’ ou, à tout le moins, une cause qui peut être défendue intellectuellement parlant.  Et s’il n’aime pas les Lettons, ce n’est pas à cause de leur antisémitisme, de la collaboration avec les nazis, des meurtres de Juifs perpétrés par des groupements autochtones, au cours de la Deuxième guerre mondiale, non, c’est plus prosaïque.  En 1917, les Lettons formèrent un ‘bataillon letton’ qui devint la faction de gardes du corps de Lénine lui-même.  Dans ce pays libéré du communisme depuis vingt ans maintenant, on peut encore voir à Riga une statue à la gloire de ces ‘fusiliers lettons’.

 

On pourrait excuser certaines des idées de Staline, dont notamment celles reprises ci-dessus, s’il avait écrit son œuvre magistrale (et qui le reste en dépit de certaines critiques à émettre) immédiatement après sa libération ; or ce livre a paru au début des années 70.  Au début des années 70, soit près de 25 ans après la fin de la guerre, on devait tout de même savoir certaines choses en URSS sur les atrocités dont s’étaient rendu coupables les nazis et leurs suppôts dans certains pays. Le livre de Kouznetsov sur ‘Babi Yar’ était déjà paru, il y avait le samizdat, on savait qu’Ehrenbourg et Grossman avaient eu des ennuis pour la publication de leur ‘Livre noir’ relatant les massacres de Juifs en URSS et dans les états annexés par Staline à l’issue de la guerre.  Quels suppôts du régime nazi ?  Les collaborateurs estoniens, lituaniens, lettons, ukrainiens, de Biélorussie, ou de chefs rebelles tels que Bandera (le nationaliste ukrainien) et le général Vlassov.  Soljenitsyne ignorait l’ampleur des meurtres commis par ces collaborateurs et surtout à l’égard des populations juives.  Mais, a-t-il jamais voulu les connaître, lui qui, d’autre part, ne s’est jamais distingué par sa sympathie outre-mesure à l’égard des Juifs ?

 

Un petit rappel : La Shoah par balles (perpétrés par les Einsatzgruppen et des collaborateurs occasionnels ou engagés en Estonie, Lituanie, Lettonie, Ukraine) :

-           80.000 Juifs en Lettonie

-             1.000 Juifs en Estonie

-         135.000 Juifs en Lituanie

-         1 million de Juifs en Ukraine, Russie et Biélorussie.

 

A cela il faut ajouter les communistes, « commissaires politiques » et « partisans », abattus, pendus ou tués par balles, sans sommation et sans procès.  Et, parfois, sous le terme de « partisan », on pouvait y mettre n’importe quel voisin qu’on n’aimait pas, n’importe qui suspecté du délit de ‘sale gueule’, n’importe qui de gênant ou de qui on voulait se débarrasser.

Dans les 3 pays baltes (Estonie, Lituanie, Lettonie), 90 % des Juifs furent exterminés, souvent avec le concours enthousiaste d’une population autochtone franchement antisémite et heureuse de rafler les biens des Juifs tués.

 

Le général Vlassov défenseur héroïque lors de la bataille de Moscou, fut fait prisonnier par les Allemands lors d’un encerclement ; il lui fut proposé de former une armée antisoviétique. Il accepta et combattit avec ses hommes – les vlassoviens, qui, en russe est un terme d’insulte – sous uniforme allemand.  Bien, on aurait pu comprendre à la limite qu’un Russe combattît des Soviétiques avec qui il avait un compte idéologique à régler.  Sauf que souvent, quand on lit la littérature sur l’Holocauste, on rencontre ce terme de ‘vlassovien’, lors de massacres de Juifs, ils ont souvent été utilisés comme gardes de camps de la mort, etc.  Ils furent également employés pour combattre les ‘partisans’ soviétiques.

 

Voici un extrait - situé en Ukraine et conté par une survivante juive (Génia Gouralnik) d’un massacre par balles -  de « La Fosse – La Ferme aux Poux et autres témoignages sur la Shoah en Lettonie et en Ukraine rassemblés par David Silberman », édité récemment – en tirage limité aux historiens, par « The Beate Klarsfeld Foundation » :

 

« Tout annonçait une libération prochaine : les fascistes qui se préparaient pour l’évacuation (…) Le soir arrivèrent, venant du bois, cinq traineaux avec des soldats de Vlassov qui se conduisirent comme les Allemands : ils battaient les passants, pillaient, tiraient.  Les gens se cachèrent dans les fosses, les caves ; quelques-uns filèrent dans la forêt.  Okasana, Marco et moi, nous sommes descendus dans un gourbi creusé dans la cour (…)  Après avoir pillé tout ce qu’ils pouvaient les hommes de Vlassov se dirigèrent vers Popelnia.  Tout redevint tranquille. ».[1]

 

Quant à Bandera, ce nationaliste ukrainien profita de l’arrivée des nazis pour lever une armée de ‘résistants’ qui combattirent les Soviétiques mais qui, par la suite, lorsqu’ils eurent été déçus par l’attitude des nazis, tournèrent leurs armes contre les uns et contre les autres.  Le seul témoignage que j’ai eu de quelqu’un qui a connu les ‘banderovtsy’ de près (autre terme de dénigrement dans la langue ruse) est l’un de mes anciens patrons juifs originaire de Lvov en Galicie orientale, rescapé de ce ghetto et qui fut obligé daller ‘dans la forêt’ pour y rechercher des groupes de partisans.  À l’âge de 16 ans !  De ceux sous la houlette ukrainienne de Bandera, il m’a simplement dit que s’ils avaient su - quand il combattit avec eux, Soviétiques et Allemands – qu’il était juif, ils l’auraient tout de suite tué, car ils étaient d’un antisémitisme basique mais létal.

 

Voilà ce que l’on peut dire de Soljenitsyne.  Un immense écrivain, l’un des tout grands littérateurs du XXème siècle, un documentaliste du goulag exceptionnel.  Cependant, quant à certaines de ses opinions rétrogrades ou insuffisamment informées, il faut les prendre avec des pincettes parce que, excuser un tant soit peu les collaborateurs des nazis – des gens qui causèrent des centaines de milliers de morts d’innocents (rien qu’en Lettonie, on estime que près de 100.000 Juifs furent tués par des collaborateurs lettons, Juifs de Lettonie mais aussi Juifs d’autres pays déportés en Lettonie), – parce qu’ils avaient décidé de prendre les armes contre Staline, excusez du peu, mais cela frise le révisionnisme le plus abject.

 

Il y a actuellement un processus intitulé le « Processus de Prague » qui a fait l’objet de résolutions et de propositions au Parlement européen et au sein de la Commission européenne, tendant, entre autres, à « mettre sur un pied d’égalité victimes du communisme et victimes du nazisme. »   À la base de ces initiatives, il y a les pays baltes, la Hongrie, la Pologne, la Tchéquie, la Bulgarie, la Roumanie, des pays qui ont connu à leurs tragiques dépens l’univers concentrationnaire et la privation de liberté instaurés sous Lénine, devenus système magistral (au sens premier = émanant du Magistère) gigantesque sous Staline et perpétrés par Brejnev.  Bien.  On en arriverait ainsi à retrouver, disons un Letton, qui aurait œuvré durant la Deuxième guerre mondiale comme ‘Schutzmann’ (= policier, c’est la dénomination usuelle des collaborateurs lettons des nazis, engagés volontaires dans ces groupes de tueurs de Juifs), puis qui aurait souffert du communisme, comme victime directe ou indirecte.   Et par un autre tour de passe-passe magique, il faudrait l’honorer – lui le tueur de Juifs – au même titre que ses victimes !  Ou honorer ces volontaires SS lettons qui défilent chaque année à Riga le 16 mars.  Ces SS qui, même s’ils n’ont pas trempé dans les massacres de Juifs, ont, par leur pugnacité à se battre contre les Soviétiques, retardé la libération des quelque 10 % de Juifs rescapés des massacres par balles.

 



[1]Pour ceux que cela pourrait intéresser, j’aurai un article qui paraîtra, sous mon vrai nom, en février 2012 dans la Revue Générale, sous le titre ‘Serge Klarsfeld – l’homme » où je relate l’historique de la parution de ce livre de témoignage de survivants de la Shoah, rédigé par David Silberman et où je dresse le portrait de ce chasseur de nazis, historien/documentaliste de l’Holocauste qu’est Serge Klarsfeld.

Les commentaires sont fermés.